Samedi 24 février 2018

Rétrospective

El Greco le mystique

Par Maureen Marozeau · Le Journal des Arts

Le 9 novembre 2007

NEW YORK - Après celle organisée en 1982, le Metropolitan Museum of Art propose, en collaboration avec la National Gallery de Londres, une rétrospective de l’œuvre du peintre d’origine crétoise Domenikos Theotokopoulos (1541-1614), plus connu sous le nom du « Greco ». Préparée par David Davies, éminent spécialiste du peintre, l’exposition retrace les débuts prometteurs de l’artiste en Crète, son arrivée à Venise en 1567, son séjour à Rome de 1570 à 1577, année de son installation définitive à Tolède. Réunissant près de 80 tableaux issus de collections internationales, l’exposition se concentre sur les derniers travaux du peintre, lorsque le mysticisme et les visions déformées de l’artiste sont à leur apogée.
Si ses toiles de jeunesse reflètent les influences successives de Titien, du Tintoret, et de Michel-Ange, le Greco a largement puisé son inspiration dans la tradition byzantine. Son style inimitable est empreint de la ferveur religieuse associée à l’icône, petit concentré de piété. Contrairement à ses contemporains captivés par l’imitation de la nature, le Greco cherchait à reproduire l’invisible et à exalter la forme divine. Ainsi, l’œuvre tardive se démarque par la taille toujours plus importante des toiles, en rapport avec un mysticisme de plus en plus exacerbé. Les personnages aux formes allongées – héritage du maniérisme –, aux expressions douloureuses et illuminées dépeintes à l’aide de couleurs vibrantes, donnent aux œuvres un caractère unique.
Cet expressionnisme spirituel atteint son paroxysme avec L’Adoration des bergers (1614), gigantesque toile destinée à être suspendue au-dessus de la tombe du peintre, à Tolède. Par sa lumière divine, l’enfant Jésus éblouit ses adorateurs, qui semblent entrer en lévitation grâce à l’intensité de leur foi.
Le Metropolitan Museum réserve une approche singulière de l’œuvre du Greco à travers cinq dessins de l’expressionniste abstrait Jackson Pollock, pièces exposées dans une galerie voisine. L’artiste américain vouait une admiration sans limite à son aîné, comme en témoignent les 28 esquisses exécutées d’après les toiles du maître et issues des deux cahiers conservés dans les collections de dessins du musée new-yorkais.

El Greco

Jusqu’au 11 janvier 2004, The Metropolitan Museum of Art, 1000 Fifth Avenue, New York, tél. 1 212 535 7710, tlj sauf lundi 9h30-17h30, 9h30-21h00 le samedi et le dimanche, www.metmuseum.org. L’exposition sera visible à la National Gallery of Art de Londres du 11 février au 23 mai 2004.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°180 du 7 novembre 2003, avec le titre suivant : El Greco le mystique

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque