Drtikol, les débuts

L'ŒIL

Le 1 mars 1999

Pour sa première exposition consacrée à la photographie, la Fondation Neumann a choisi un grand nom du 6e art tchèque : Frantisek Drtikol (1883-1961). Célèbre pour ses nus des années 20, l’exposition explore les débuts de l’artiste, de 1901 à 1914, période où son art s’ouvre à l’esthétique Art Nouveau et symboliste, tout en se rattachant au pictorialisme. Ce mouvement du tournant du siècle rêvait de concilier peinture et photographie, une manière d’imposer cette dernière comme un art à part entière. Drtikol retouche alors ses tirages au pinceau, privilégie les effets de matière avec des images légèrement floues, met au point toutes sortes de techniques (tirages à l’encre grasse, bromoïl...) créant des sfumatos... autant de procédés rendant tangible la création photographique. Ses paysages, baignés de brumes aux illuminations lunaires, sont emplis d’une inquiétante étrangeté arrachant les éléments qui les composent à un trop strict réalisme. Dans ses portraits, Drtikol privilégie l’instauration d’un climat spirituel, portant à l’introspection du modèle. Avec ses vues de Prague, le photographe se fait rétrospectivement – à l’instar d’Eugène Atget pour Paris – le dépositaire de la mémoire de vieux quartiers voués à disparaître. Une invitation à un voyage très kafkaien...

GINGINS, Fondation Neumann, jusqu’au 30 mai, cat. 80 p., 35 FS.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°504 du 1 mars 1999, avec le titre suivant : Drtikol, les débuts

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque