Mercredi 21 février 2018

Delacroix la liberté guidant la vie d’un peintre de génie

Par Colin Lemoine · L'ŒIL

Le 28 janvier 2008

Adulé ou honni, brillant ou scandaleux, Delacroix cliva le monde de l’art entre partisans et détracteurs d’une création enfiévrée qui ne souffrait pas la tiédeur des épithètes.

 Moustache taillée de près, cheveux couleur de jais, regard sombre, foulard élégant : l’effigie d’Eugène Delacroix (1798-1863) appartient à la mémoire collective, à l’image de cet autoportrait diffusé non pas en vertu de quelques lithographies secrètement négociées, mais grâce à des billets jalousement conservés. Jamais « rançon du succès » ne fut mieux incarnée par l’art de Delacroix dont des marchands de trésors exploitèrent les promesses spéculatives aptes à régénérer une économie nationale. Du marché de l’art à l’art du marché, retour sur une vie prolifique.

L’enfant du siècle
En 1798, Delacroix vient au monde alors que, symboliquement, s’éteint un siècle trépidant. Il est dit que son histoire se superposera avec l’Histoire. Ainsi ce père fonctionnaire du Directoire et de l’Empire. Ainsi la rumeur qui en fait le fils naturel de Talleyrand. Ainsi cette éducation académique qui le voit fréquenter le lycée Louis-le-Grand... Cette initiation à l’ombre des patronymes dynastiques ne vaut rien sans faits d’arme. En 1815, après un apprentissage auprès de son oncle Riesener, le jeune artiste rejoint l’atelier de Guérin, fidèle lieutenant de David dont les fantassins constituent bientôt la garnison romantique. Aussi, sous l’influence de Gros et à la faveur de son amitié avec Géricault, Delacroix conjugue l’avant-garde de son siècle avec une tradition tutélaire dont les Vénitiens et Rubens sont les références obsédantes.
Le premier coup de canon est tiré au Salon de 1822 avec Dante et Virgile aux enfers dont la dette classique ne parvient pas à compenser la fougue chromatique et l’éclat lumineux. L’État cède sous le charme d’une œuvre séditieuse qu’il acquiert instamment. La brèche est ouverte.

L’étendard d’une génération
Les Scènes des massacres de Scio (1824) suffisent à asseoir la réputation d’un Delacroix improvisé chef de file du romantisme. Allégorie et histoire, tragédie et épopée, le peintre transgresse les frontières des genres et exacerbe la couleur dont les flamboiements saturés culminent avec l’incomparable Mort de Sardanapale (1827). Pour revisiter le pouvoir vibratile de la touche, Delacroix visite, en 1825, une Angleterre que les paysages de Constable et les aquarelles de Bonington ont catapultée au rang de laboratoire de la modernité. Autre latitude, autre voyage : avec La Liberté guidant le peuple (1830) pour visa officiel, l’artiste est sollicité pour accompagner en 1832 la mission diplomatique française au Maroc puis en Algérie. Explorant de nouvelles valeurs chromatiques, Delacroix inverse les valeurs politiques : sa peinture est colonisée par l’exotisme d’un Maghreb qui, « beau comme au temps d’Homère », lui souffle ses Femmes d’Alger dans leur appartement (1834).

Côté cour, côté jardin
Lorsqu’il s’agit d’exercer sa propension au monumental, la science de l’adaptation de Delacroix est inégalée, comme en témoignent ses réalisations successives pour le salon du Roi du Palais Bourbon (1837), la galerie d’Apollon du Louvre (1851) ou la chapelle des Saints-Anges de Saint-Sulpice (1861).
Conseiller municipal de Paris (1851) puis membre de l’Institut (1857), Delacroix sait se muer en caméléon mondain évoluant avec virtuosité dans les salons feutrés en compagnie de George Sand et Chopin, Stendhal ou Mérimée. Mais Delacroix, comme dans sa peinture, sait jouer de la lumière pour peupler les zones d’ombre. Son précieux Journal, débuté en 1822, permet de mesurer la singularité d’un tempérament solitaire et inquiet dont nulle analyse n’a pu totalement pénétrer la complexité des arcanes.
Sans doute est-ce là le privilège du génie. Un génie dont la disparition arracha à Baudelaire ces mots noyés dans les sanglots : « Je ne le verrai plus jamais, jamais, jamais, celui que j’ai tant aimé, celui qui a daigné m’aimer et qui m’a tant appris. »

Pour en savoir plus

wwww.musee-delacroix.fr
Le site Internet du Musée national Eugène-Delacroix est une mine d’informations sur la vie et l’œuvre de l’artiste. Documenté, il contient à la fois une large présentation de l’histoire du musée et de ses collections, ainsi que des informations sur le peintre”‰: ses différents lieux de vie, son influence et son héritage ou ses commandes officielles et privées. En version bilingue français/anglais.

- Sand-Delacroix”‰: Correspondance Éditions de l’Amateur, 2005, 303 p., 26 €. George Sand et Eugène Delacroix se rencontrent pour la première fois en 1834.
De cette rencontre naît une correspondance ininterrompue qui durera près de trente ans jusqu’à la disparition du peintre le 13 août 1863. Que s’est-il réellement passé entre les deux âmes”‰? Quelle a été la nature de leur relation”‰? Les lettres échangées traduisent une passion et une complicité entre les deux artistes. « Chère amie, aimons-nous donc avec ou sans gloire. Ce n’est pas la vôtre que j’aime, c’est vous, c’est le contenu de votre cher jupon », écrit Delacroix. À la lecture de cette correspondance, l’intimité des deux personnages est dévoilée et permet une nouvelle analyse de leurs œuvres respectives. À compléter avec la lecture du Journal de Delacroix (Plon, 30 €).

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°599 du 1 février 2008, avec le titre suivant : Delacroix la liberté guidant la vie d’un peintre de génie

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque