Mercredi 14 novembre 2018

Dagobert Peche, génie de l’ornementation

L'ŒIL

Le 1 janvier 2003 - 345 mots

La Neue Galerie de New York sauve de l’oubli l’œuvre du designer autrichien Dagobert Peche (1887-1923) avec une remarquable rétrospective de 400 dessins et objets (meubles, joaillerie, céramique, tissus et papiers peints) produits pendant les douze ans de sa courte mais prolifique carrière. Le jeune Dagobert Peche terminait en 1911, à Vienne, des études d’architecture poursuivies sur l’injonction de son père et en dépit d’ambitions plus artistiques, car lui voulait être peintre. Cette vocation contrariée a été le drame de sa vie, quand bien même Peche, remarqué par Joseph Hoffmann, intégrait dès la fin de ses études la division textile des Wiener Werkstätte, groupe phare de l’avant-garde autrichienne fondé par Hoffmann et Koloman Moser. A défaut de la peinture, c’est donc la production d’objets qui occupera Peche. Sa création s’étend rapidement à tous les domaines des arts décoratifs et il ne tarde pas à s’imposer comme l’un des leaders des Wiener Werkstätte. De 1917 à 1919, Dagobert Peche prend la direction de la nouvelle branche du groupe à Zurich et lui imprime une vision nouvelle. Touche-à-tout versatile, ne craignant pas les aventures solitaires, il montre une attention particulière au motif et à l’ornementation. Il recherche la sensibilité plastique et la liberté des formes, à contre-courant du rationalisme rigide prôné au même moment par l’architecte viennois Adolf Loos. Peche produit des meubles colorés, souvent chargés de détails et dont les formes élégantes annoncent néanmoins l’Art Déco. Certains de ses objets (vases, coupes...) s’en tiennent à l’épure et au noir et blanc caractéristiques des Wiener Werkstätte, quand des coffrets à bonbons ou d’autres ornements de table prennent la forme d’oiseaux de paradis en argent aux yeux incrustés de corail. Dans chacun des domaines qu’il aborde, Dagobert Peche se démarque et propose une alternative aux solutions purement fonctionnalistes quand l’époque est au modernisme dogmatique. Décrit par Joseph Hoffmann comme « le plus grand génie de l’ornementation en Autriche depuis l’époque baroque », Peche est mort à 36 ans au faîte de sa renommée.

NEW YORK, Neue Galerie, 1048 Fifth Avenue, tél. 001 212 628 6200, 11 octobre-10 février.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°543 du 1 janvier 2003, avec le titre suivant : Dagobert Peche, génie de l’ornementation

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque