Vendredi 6 décembre 2019

Musée de la Corse - Corte (20)

Corsica natation

Jusqu’au 30 décembre 2011

Par Christian Simenc · L'ŒIL

Le 12 octobre 2011 - 389 mots

Il n’y a pas que des bergers ou des montagnards en Corse, on trouve aussi des « gens de mer », à commencer par les Cap-Corsins de la pointe nord de l’île. C’est, en tout cas, ce que veut démontrer cette exposition concoctée par le Musée de la Corse, à Corte, et intitulée « Mare Nostrum, les Corses et la mer ».

De l’uniforme d’officier de marine à l’outillage de pêche, de la maquette à la photographie, de l’histoire à l’art contemporain, la présentation balaie tous les registres pour décrypter les relations que les Corses ont nouées avec la grande bleue. Une grande bleue pas si paisible que cela d’ailleurs, comme le découvre le visiteur à travers ce parcours découpé en trois grandes escales. D’abord, « La découverte de l’île » évoque les premiers peuplements humains, attestés autour du VIIIe siècle avant notre ère, et s’étire jusqu’au XIXe siècle et ses ingénieurs cartographes qui font des cartes marines de précis et précieux outils pour la navigation. Ensuite, dans « La mer et ses dangers », les malheurs se succèdent : menaces barbaresques, épidémies ou naufrages, créatures et autres monstres marins. Enfin, « Les activités maritimes », dernière partie de cette trilogie, analyse la pêche et les pêcheurs, la marine – marchande ou de guerre –, l’architecture (phares, ports et sémaphores), sans oublier l’incontournable développement touristique.

Certes, la scénographie use parfois d’une ficelle un peu grosse, comme ces pans de tissus nimbés de lueur bleue s’agitant dans la brise d’un ventilateur pour signifier les flots tumultueux. Mieux vaut donc aller dénicher les petites « perles », comme des ex-voto marins, un sabre turc incrusté d’écritures coufiques, la maquette d’un bateau corailleur napolitain, trois albums datés du XIXe siècle attribués à Joseph Susini remplis de superbes dessins de poissons…
 
Ne pas manquer non plus l’installation intitulée Mal de terre, signée Akenaton (Philippe Castellin et Jean Torregrosa). Le duo, qui a filmé le littoral corse depuis la mer et en continu, déploie ses images sur pas moins de douze écrans disposés en cercle, de quoi en ressortir l’estomac barbouillé… Ni cette exposition ludique et adroite réservée aux enfants entre 6 et 11 ans et intitulée « Secret d’épave ».

Voir « Mare Nostrum, les Corses et la mer »

Musée de la Corse, la Citadelle, 20250 Corte, www.musee-corse.com, jusqu’au 30 décembre 2011.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°640 du 1 novembre 2011, avec le titre suivant : Corsica natation

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque