Closky, contre la surenchère

Par Philippe Piguet · L'ŒIL

Le 1 septembre 1999

À l’esthétique du Pop Art célébrant la société de consommation comme à la folle passion de Jorge Luis Borges pour tout ce qui est activité systématique de classement, l’art de Claude Closky, né en 1963, est familier. Depuis une dizaine d’années qu’il figure parmi les artistes les plus intéressants de sa génération, il n’a eu de cesse de multiplier ses modes d’interventions, empruntant objets, signes et images au monde protéiforme de la communication : presse, publicité, photographie.
À la surenchère, voire à l’inflation, des dispositifs, des codes et autres systèmes médiatiques que la société contemporaine s’invente, Closky réplique en créant des œuvres de nature très diverses (dessins, collages, livres, vidéos, photos, projets informatiques, papiers peints) qui s’amusent à déjouer ceux-ci, à les détourner, à les subvertir. On ne dira jamais assez la dose d’humour que comporte une telle démarche, un humour radical et cinglant qui va de la caricature à la dénonciation et qui se nourrit tant de l’aléatoire que du calcul, de l’incongru que du raisonné, de l’ordre que du chaos. Conçues indépendamment l’une de l’autre, les expositions de Limoges et de Chatou sont l’occasion de mesurer que ce que vise Closky est de faire œuvre de salubrité sémantique. Dans cette façon qu’il a de manier les figures de styles les plus inattendues, de dresser des inventaires impossibles, d’imaginer des projections en boucle d’une implacable évidence, de faire œuvre culturelle en faisant œuvre de publicitaire.

LIMOGES, FRAC Limousin, Les Coopérateurs, jusqu’au 18 septembre, cat. 288 p., 150 F, et CHATOU, Maison Levanneur, Centre national de l’Estampe et de l’Art imprimé, jusqu’au 26 septembre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°509 du 1 septembre 1999, avec le titre suivant : Closky, contre la surenchère

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque