Mercredi 24 octobre 2018

C’était au temps de Support/surface

Par Philippe Piguet · L'ŒIL

Le 19 juin 2008 - 346 mots

Apparu à la fin des années 1960, le groupe Support/surface entreprit « une déconstruction du tableau, de l’œuvre d’art en ses éléments constituants qui est à mettre en parallèle avec la démarche des artistes minimalistes américains ».

'Valise et 15 outils' (1973)Christian JaccardGalerie B. Ceysson

Ainsi s’exprime Bernard Ceysson dans la note d’intention de l’exposition qu’il organise cet été dans la galerie qu’il a créée à Saint-Étienne voici deux ans. Depuis qu’il a pris sa retraite de directeur du musée d’Art moderne de Saint-Étienne, il se donne notamment à fond pour défendre la cause de ce mouvement, multipliant expositions et publications.
Il faut bien dire que personne n’est mieux placé que lui pour le faire, après la mémorable exposition qu’il avait organisée dans son musée en 1991 et qui avait contribué à historiciser ce dernier. Question donc d’engagement et de fidélité à l’égard de ces artistes qui n’ont pas toujours eu la tâche facile pour s’imposer à l’international.
Intitulée « Les années Support/surface », l’exposition qu’organise Bernard Ceysson réunit cinq des artistes qui ont vraiment fait partie du groupe – Bioulès, Dezeuze, Dolla, Pagès, Saytour – et deux épigones – Jaccard et Meurice. Une façon sans doute de mettre en exergue le fait qu’au-delà des douze artistes « historiques » de Support/surface qui constituent la liste de son exposition de 1991, le mouvement en avait entraîné beaucoup d’autres. De fait, à l’appui de toute une production de textes théoriques, il a essaimé sur l’ensemble du territoire jusqu’à imposer sa loi dans les écoles d’art de façon assez autoritaire.
Il n’en reste pas moins que, par-delà toute considération idéologique, l’impact de Support/surface a été considérable au regard d’une réflexion sur la nature et la fonction de l’œuvre d’art. Il a contribué à décloisonner une certaine pensée esthétique par trop étroite et repliée sur elle-même, à l’instar d’autres mouvements dans d’autres disciplines, comme le Nouveau Roman en littérature ou la Nouvelle Vague au cinéma. Une esthétique fondamentalement adossée au structuralisme ambiant.

« Les années Support/surface », Galerie Bernard Ceysson, 8, rue des Creuses, Saint-Étienne (42), tél. 04 77 33 28 93, www.bernardceysson.com , jusqu’au 30 août.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°604 du 1 juillet 2008, avec le titre suivant : C’était au temps de Support/surface

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque