Bordeaux se souvient

Par Anouchka Roggeman · L'ŒIL

Le 29 juin 2009

Les grands ports de la façade atlantique européenne héritent d’un lourd passé.

Comment ne pas oublier qu’une grande part de leur prospérité pendant près de deux siècles (du milieu du xvie siècle à 1848, date de l’abolition de l’esclavage) est due à la traite négrière ? À l’occasion de la rénovation de ses salles, le musée d’Aquitaine, qui présente l’histoire de Bordeaux et de sa région, ouvre un nouvel espace permanent de 750 m2 consacré à cette période.
« À Bordeaux, le nombre d’expéditions n’était pas aussi important que dans d’autres ports comme Liverpool ou Nantes, mais il ne faut pas oublier que la ville s’est trouvée au cœur de l’économie de l’esclavage et a vécu très longtemps de denrées coloniales et du travail des Noirs. » Comment illustrer la traite des esclaves ? Les objets ayant appartenu aux esclaves sont, par définition, rares. Mais les extraits de films de fiction, gravures, tableaux et objets exposés donnent toutefois un bon aperçu de l’histoire de la traite négrière et des conditions de vie des esclaves antillais et africains auprès des Européens. Comprenant six cents gravures et tableaux, le fonds Marcel Chatillon, du nom de ce médecin ayant exercé en Guyane et en Guadeloupe et s’étant passionné pour ces cultures, constitue une partie importante de l’exposition.
La dernière salle pose la question plus contemporaine des enjeux et apports de la diversité dans notre société. Des photographies d’Africains, d’Antillais ou de métis habitant Bordeaux ont été affichées. Un très bel enregistrement sonore de Caroline Cartier laisse la parole à des enfants qui réagissent sur leur couleur de peau.

« Bordeaux, le commerce atlantique et l’esclavage », nouvel espace permanent à Bordeaux, musée d’Aquitaine, 20, cours Pasteur, Bordeaux (33), www.bordeaux.fr

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°615 du 1 juillet 2009, avec le titre suivant : Bordeaux se souvient

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque