Art officiel et avant-garde

L'ŒIL

Le 1 novembre 1999

Qui est Georges-Clément de Swiecinsky ? Un sculpteur figuratif néoclassique de l’entre-deux-guerres, dans la mouvance de Charles Despiau, doublé d’un céramiste Art Déco : bref, un artiste en marge des avant-gardes, mais représentatif du style hiératique et monumental très pratiqué en cette époque de retour à l’ordre, exposant régulier du Salon des Indépendants et du Salon d’Automne, donc reconnu en son temps par les officiels, mais que l’histoire générale de l’art du XXe siècle a dédaigné. Son œuvre est déposée à Guéthary où il a résidé de 1923 à sa mort, en 1958, et où il a exécuté le tombeau de l’écrivain Paul-Jean Toulet. Le Musée Despiau-Wlérick de Mont-de-Marsan, consacré à la sculpture figurative française du début du siècle, a choisi de présenter un ensemble de ses œuvres. La collection permanente permet de replacer Swiecinsky en regard de productions contemporaines du même ordre, mais qu’attendre d’une telle exposition ? La redécouverte d’une œuvre aux sujets classiques, principalement le corps féminin, avec une pointe de mythologie et d’exotisme, thèmes traités de manière stylisée et décorative ? Peut-être. La recréation d’un décor pittoresque, d’une atmosphère Années Folles peuplée d’éphèbes musculeux et de figures féminines toutes en courbes ? Sans doute. Mais cette exposition devrait surtout permettre de comprendre la charge menée par Le Corbusier contre l’art décoratif en 1925 et établir un standard artistique à l’aune duquel se convaincre de l’originalité radicale des avant-gardes.

MONT-DE-MARSAN, Musée Despiau-Wlérik, jusqu’au 2 décembre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°511 du 1 novembre 1999, avec le titre suivant : Art officiel et avant-garde

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque