Lundi 17 décembre 2018

parc

Art Grandeur Nature, cru 2000

Par Philippe Piguet · L'ŒIL

Le 1 septembre 2000 - 272 mots

Les années se suivent mais ne se ressemblent pas ! Le cru 2000 de « Art Grandeur Nature », la biennale organisée par le Conseil général de Seine-Saint-Denis depuis 1993, n’est pas aussi réussi qu’on pouvait l’espérer. À ceci, trois raisons au moins. La première est la conséquence des dégâts de la tempête de décembre dernier, interdisant aux responsables de la manifestation de disposer du Parc de La Courneuve dans toute son étendue et les contraignant à établir un parcours qui se referme très vite sur lui-même. La deuxième est un nombre trop réduit d’artistes : ils sont seulement huit à être intervenus, ce qui ne confère ni ampleur, ni diversité à la manifestation (question de budget ?). La troisième est que les réponses plastiques des artistes sollicités souffrent pour un certain nombre d’entre eux d’une juste appréciation de l’espace. Ni Daniel Nadaud et son filet de clochetons tendu entre les arbres, ni Betsabée Romero et ses avions en palme tressée, ni même les roses en fibre
de verre de Dennis Oppenheim n’occupent vraiment le terrain. De même, les baignoires en résine polyester d’Étienne Bossut manquent de monumentalité. En revanche, par la grâce d’une implication au social justement placée, Kim Adams avec son Toaster Work Museum et Robert Milin avec son jardin en forme de mandala géré par autrui gagnent pleinement leur présence. Quant aux tables du jardin mémorable de Chen Zen, disposées en bordure du lac, et au kiosque photosynthétique de Loriot et Mélia, dont les images mêlent technologies nouvelles et vision onirique, ce sont là les deux clous qui sauvent ce cru millénaire.

LA COURNEUVE, Parc départemental, jusqu’au 30 septembre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°519 du 1 septembre 2000, avec le titre suivant : Art Grandeur Nature, cru 2000

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque