Arnulf Rainer : l’artiste en collectionneur

Par Manou Farine · L'ŒIL

Le 1 septembre 2005

Les « irréguliers » disait Jean Dubuffet, l’un des premiers à se passionner pour un art marginal refoulé par l’histoire de l’art : art brut, Outsider Art, ou « culture des insensés » ainsi que l’évoquait déjà Arnulf Rainer en 1969. Discrètement et systématiquement, l’artiste autrichien a rassemblé pas moins de trois mille dessins dont l’imagination créatrice résulte pour l’essentiel d’états psychotiques. Le parcours déroulé à la Maison rouge révèle ainsi une saisissante accumulation de dessins exécutés par des patients hospitalisés : gouaches traçant de noires silhouettes dansantes de Louis Soutter dans les années 1930, grotesques scènes orgiaques crayonnées par Friedrich Schröder-Sonnensten ou figures démoniaques colorées par Johann Hauser en 1971. La collection d’art brut prolonge une première sélection d’œuvres de Rainer lui-même. C’est que le propos défendu par l’exposition se fait fort de dénouer les fils secrets reliant l’artiste à sa collection. La dette vraisemblable du premier envers la seconde. La série des Face Farces exécutée par Arnulf Rainer au début des années 1970 pourrait bien élucider un tel passif : des autoportraits en noir et blanc, pour lesquels l’artiste prend des pauses grimaçantes inspirées d’états catatoniques ou psychotiques. Avec cette syntaxe récurrente, Rainer recouvre les images d’amples gestes, de violentes zébrures à l’encre de Chine. Plutôt que du côté de l’iconographie si singulière de cet Outsider Art, c’est sans doute du côté du comportement clinique des malades mentaux et de l’élan expressif qu’il génère qu’il faut aller chercher la passerelle entre l’artiste et sa collection. Ce sont les Outsiders qui lui servent de modèle, écrit Franz W. Kaiser dans le catalogue, et non leur art.

« Arnulf Rainer et sa collection d’art brut », PARIS, la Maison rouge fondation Antoine de Galbert, 10 bd de la Bastille, XIIe, tél. 01 40 01 08 81, www.lamaisonrouge.org, 23 juin-9 octobre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°572 du 1 septembre 2005, avec le titre suivant : Arnulf Rainer : l’artiste en collectionneur

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque