Samedi 15 décembre 2018

Entretien

Antonio Paolucci, directeur général de la Galerie des Offices, à Florence

« Palmezzano, dans le sillage de Piero Della Francesca »

Le Journal des Arts

Le 6 janvier 2006 - 531 mots

FORLÌ (ITALIE) - Marco Palmezzano, actif à la Renaissance en Émilie-Romagne, fait l’objet, jusqu’au 30 avril, d’une importante exposition à Forlì. Antonio Paolucci, surintendant des musées de Florence, directeur des Biens culturels de la région Toscane et directeur général de la Galerie des Offices, à Florence, est le commissaire de cette exposition. Il nous présente ce peintre méconnu.

Cette exposition permet de redécouvrir un artiste quasiment inconnu, exception faite de l’étude  de Carlo Grigioni parue en 1956, suivie d’une petite exposition à Forlì en 1957. Qui est ce peintre ?
Il ne s’agit pas d’un peintre inconnu. Bien que Bernard Berenson l’ait inclus dans ses répertoires à la fin des années 1930, la célébrité de Palmezzano est assurément inférieure à sa valeur artistique. Grigioni a surtout procédé à un dépouillement documentaire, lequel a été suivi de quelques articles et modestes publications plus récentes, comme celle de Matteo Ceriana, en 1997, à l’occasion de la restauration du retable de Brera [à Milan], datant de 1493. Mais le corpus critique de Palmezzano reste limité. On connaît beaucoup mieux son maître, Melozzo da Forlì ; des œuvres de Palmezzano furent d’ailleurs présentées, en 1938, dans le cadre de l’exposition sur Melozzo et le XVe siècle. Placée sous les auspices de Mussolini, cette manifestation s’est tenue sous l’égide de Roberto Longhi (alors professeur à l’Université de Bologne). D’autres tableaux figuraient à la rétrospective sur Melozzo en 1994 à Forlì  (« Melozzo de Forlì. Sa ville et son temps »). Mais, tandis que Melozzo officiait avant tout entre Rome et Loreto, Palmezzano est le « genius loci » de la région, le vrai peintre qui représente la ville et les environs de Forlimpopoli et Brisighella… Il incarne en somme la véritable Renaissance de Forlì.
La municipalité et la fondation de la Caisse d’épargne de Forlì (qui a financé l’exposition et les nombreuses restaurations) ont choisi une inauguration hivernale, pour que la population locale soit la première à en profiter.

Comment est construite l’exposition ?
Le Portrait de Luca Pacioli de Jacopo De Barbari (Musée du Capodimonte, Naples) ouvre le parcours de l’exposition. Pacioli fut le premier à citer Palmezzano –  dans son De Arithmetica, en 1494 – parmi les peintres engagés dans le sillage de Piero Della Francesca, « monarque de la peinture ».
S’ensuit une trentaine d’œuvres les plus significatives de Palmezzano, confrontées à celles d’autres maîtres.

Que nous apprennent ces confrontations ?
Ces confrontations laissent transparaître la manière dont Palmezzano a conservé une grande originalité et une qualité très élevée au cours de ses quinze premières années d’activité. Par la suite, et surtout avec l’arrivée de Girolamo Genga, en 1518, son niveau fléchit. Palmezzano meurt tardivement, en 1539, et son atelier est très actif, une véritable petite usine, élément dont on a tenu compte lors du choix des œuvres. Parmi les aspects plus curieux de l’exposition figure le talent de paysagiste de ce peintre : ses tableaux révèlent son application à restituer le paysage local, avec ses calanques et ses couleurs, qui rendent encore identifiables certains lieux.

Antonio Paolucci

Jusqu’au 30 avril, Complexe conventuel de San Domenico, Piazza Guido da Montefeltro, Forlì, Italie, tél. 39 0543 712 609, www.marcopalmezzano.it, tlj sauf lundi, 9h-19h. Catalogue, éditions Silvana Editoriale.

Antonio Paolucci

- Commissaire : Antonio Paolucci - Nombre d’œuvres : 61 - Nombre d’artistes : 20 - Œuvres restaurées pour l’occasion : 30 - Budget de restauration : supérieur à 500 000 euros

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°228 du 6 janvier 2006, avec le titre suivant : Antonio Paolucci, directeur général de la Galerie des Offices, à Florence

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque