Alexandre Trauner

Par Marie Maertens · L'ŒIL

Le 25 mars 2008

Après les récentes cérémonies des Oscars et des Césars, l’exposition du créateur de décors Alexandre Trauner nous plonge à nouveau au cœur du septième art. Et non le moindre, puisqu’on compte à son palmarès un Oscar pour The Appartment de Billy Wilder en 1960, et deux Césars pour Monsieur Klein en 1975 et Subway en 1984.
L’histoire de ce Hongrois né en 1906 pourrait être celle d’un film à succès. Il s’installe à Paris en 1929 avec l’envie de devenir peintre et côtoie très tôt le milieu du cinéma, notamment les réalisateurs Jacques Prévert et Marcel Carné. Pour la petite histoire, c’est lui qui dessine en 1940 les décors des Visiteurs du soir et des Enfants du paradis, sans malheureusement pouvoir les signer à cause de sa situation de juif clandestin.
Après la Libération, il devient l’intime d’Orson Welles et esquisse ses premiers pas vers l’Amérique. Il y demeure dix ans et collabore à sept longs métrages de Billy Wilder. Son rôle se situe alors parmi les premiers maillons de la chaîne. Il imagine les ambiances après lecture du scénario et suggère les situations. N’oublions pas que même les lieux réels sont souvent reconstruits en studio.
Ses gouaches sont précises et méticuleuses, grouillantes de détails. La lumière y est particulièrement soignée car, selon le maître, elle donne le ton du film, qu’il soit en couleur ou en noir et blanc. Il est amusant de comparer ces travaux aux photographies de tournage, également exposées à la galerie Berthet-Aittouarès. Cinquante ans de carrière retranscrits ici par cinquante peintures : atmosphère, atmosphère…

« Alexandre Trauner, 50 peintures pour l’histoire du cinéma », galerie Berthet-Aittouarès, 29, rue de Seine, Paris VIIe, www.galerie-ba.com, jusqu’au 19 avril 2008.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°601 du 1 avril 2008, avec le titre suivant : Alexandre Trauner

Tous les articles dans Expositions

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque