12 avr. - 29 aoû. 2012

Paris Musée des lettres et manuscrits

Titanic, 100 ans après

Alors que l’on commémore le centenaire du naufrage du Titanic, le drame reste encore profondément ancré dans la mémoire collective. Celui que l’on surnommait « l’Insubmersible » sombra 5 jours seulement après le départ de son voyage inaugural, emportant avec lui plus de la moitié de ses passagers. A l’occasion de ce triste anniversaire, le Musée des Lettres et Manuscrits organise une exposition-dossier autour de documents sur le Titanic.

100 ans après, la ferveur du public pour l’une des plus importantes catastrophes du XXe siècle est restée intacte. L’engouement suscité par le film de James Cameron en 1997 et à nouveau en salle à l’occasion du centenaire y est certainement pour quelque chose. 2012 fut une année d’actualité pour le plus célèbre des paquebots : l’Unesco inscrit le Titanic, dont l’épave fut retrouvée en 1985, dans son programme de protection du patrimoine subaquatique et la compagnie RMS Titanic, propriétaire de tous les objets retrouvés au fond de l’eau, décide de vendre toute sa collection.

L’exposition-dossier du Musée des Lettres et Manuscrits présente une vingtaine de documents et manuscrits dont celui d’Helen Churchill Candee qui a inspiré le personnage de Rose à James Cameron. Helen Churchill Candee (1858-1949) est une romancière américaine qui survécut au drame. Elle raconte le voyage et le naufrage dans un carnet manuscrit de 39 pages conservé par le musée parisien. Elle y écrit « Nous dérivons ainsi, regardant, regardant d’un air hébété le grand navire brillant. Je ne suis consciente de rien d’autre que de son immensité, de sa beauté […] L’étrave endommagée a désormais disparu sous l’eau. L’unique espace de pont déborde en l’air au-dessus de l’arrière du navire et, en cet endroit diminué, se blottit un groupe de passagers entassés attendant la mort avec un transcendant courage et un calme qui a été le leur durant les deux dernières heures ».

Son carnet s’achève sur l’arrivée du Carpathia, venu sauver les quelques 700 survivants. « Je regarde et vois une coque noire au loin. Il y a de l’animation dans le canot, et de l’espoir sur les visages blêmes […] Mais je suis avec ceux dont les âmes se sont envolées. Ils doivent être encore proches, hésitant à nous quitter, avides de donner leur courage et leur altruisme à ceux dont la vie n’est pas terminée […] Je me réveille sur le Carpathia alors qu’une main pleine de bonté verse un verre de whisky dans ma gorge ».

Le Musée des Lettres et Manuscrits expose également quelques lettres rédigées par des passagers avant le naufrage, dans lesquelles ils s’émerveillent de ce « paquebot de rêve ». Mais aussi des unes de journaux de l’époque, la presse ayant largement couvert le drame, la brochure publicitaire de la White Star Line pour deux de ses paquebots, l’Olympic et le Titanic, et l’affiche du film A night to remember sorti en 1958.

Informations pratiques
MUSÉE DES LETTRES ET MANUSCRITS

222, boulevard Saint-Germain
Paris 75007
Ile-de-France
France

Contact
+33 (0)1 42 22 48 48

www.museedeslettres.fr
Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque