Mercredi 28 octobre 2020

07 mar. - 08 juil. 2012

Paris Musée d'art et d'histoire du judaïsme

Les Juifs dans l'orientalisme

Autour des années 1830, les artistes européens se sont de plus en plus intéressés aux pays d’Afrique du Nord et du Proche-Orient. Parmi les premiers, Eugène Delacroix réalisa le « grand tour » de ce Maghreb fascinant et inspirant, donnant naissance au mouvement orientaliste qui se prolongea jusqu’au milieu du XXe siècle. L’exposition « Les Juifs dans l’orientalisme » s’interroge sur la représentation du peuple juif dans ce mouvement.

Au XIXe siècle, les artistes empruntant la route vers l’Orient découvrirent les autochtones et leurs coutumes ; les communautés juives d’Afrique du Nord ont été des intercesseurs privilégiés entre les peintres européens et le monde arabe. De son voyage diplomatique au Maroc et en Algérie en 1832, Eugène Delacroix (1798-1863) rapporta de nombreuses esquisses dans ses carnets de voyages ; notamment Noce juive au Maroc, qui dévoile toute la richesse des costumes et le faste de la fête et des danses tels que Delacroix les a perçus. Les artistes qui ne partaient pas au Maghreb rêvaient devant les photographies ethnographiques et transposaient leur fascination de l’Orient sur leurs toiles.

« L’orientalisation de la Bible est particulièrement sensible dans l’illustration d’épisodes ayant pour cadre l’Égypte ou la Perse ». La découverte par les artistes européens en majorité chrétiens des mondes juif et musulman renouvèle l’iconographie de la peinture biblique. Pour Horace Vernet (1789-1863), Abraham devient un bédouin, et pour James Tissot(1836-1902), Jésus ne prêche plus dans une église mais dans une synagogue. Les aspirations religieuses et la recherche des origines chrétiennes au Proche-Orient attirent la curiosité des artistes vers la Terre Sainte.

L’affaire Dreyfus (entre 1894 et 1906) et l’antisémitisme qu’elle a véhiculé ont entraîné la revendication d’un « État des Juifs ». Le mouvement politique fut accompagné d’une dimension artistique. Dans les années 1920, les artistes du « foyer national juif » célébraient à travers leurs peintures une paix rêvée et l’harmonie espérée.

Grâce à une soixante d’artistes exposés au Musée d’art et d’histoire du judaïsme, parmi lesquels Eugène Delacroix, Gustave Moreau, Théodore Chassériau, Alexandre Cabanel, William Holman Hunt, Alfred Deodencq ou Ephraïm Moses Lilien et Abel Pann, l’exposition retrace la perception et la représentation des Juifs dans l’art entre 1832 et 1929.L’exposition questionne cette évolution du regard entre la découverte de la communauté juive par les artistes européens aux problématiques identitaires des artistes juifs européens.

« Les Juifs dans l’orientalisme » a été organisée par Laurence Sigal-Klagsbald, commissaire général et Nicolas Feuillie, commissaire scientifique, qui ont été conseillés par Christine Peltre et Yigal Zalmona.

Informations pratiques
MUSÉE D'ART ET D'HISTOIRE DU JUDAÏSME

Hôtel de Saint-Aignan - 71, rue du Temple
Paris 75003
Ile-de-France
France

Contact
+33 (0)1 53 01 86 53

www.mahj.org
Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque