Lundi 10 décembre 2018

23 juin. - 09 sep. 2012

Bruxelles Palais des beaux-arts - Bruxelles

Cartographier Chypre (1191-2012) - Croisés, marchands et explorateurs

Organisée dans le cadre de la première Présidence chypriote du Conseil de l’Union européenne, l’exposition présente la chronologie de l’histoire mouvementée de l’île, de son occupation par Richard Cœur de Lion en 1191 jusqu’à son indépendance en 1960.

Plus de 140 objets témoignent de l’importance stratégique de Chypre, en tant que lieu d’échanges entre conquérants, commerçants, pèlerins, rois et explorateurs. Le parcours s’ouvre sur la conquête de Richard Coeur de Lion en 1191, qui inaugure la période franque de l’île (1192-1489). Guy de Lusignan, premier souverain du royaume médiéval de Chypre, encourage l’immigration de nobles européens à Nicosie. Située au carrefour de trois continents, l’Europe, l’Asie et l’Afrique, Chypre devient une étape chrétienne sûre dans le périple maritime et réussit ainsi à se forger un rôle d’intermédiaire économique, culturel et géopolitique.

Les manuscrits de Jean D’Arras et de Jean Coudrette datant du XIVe siècle, côtoient le « Codex franco-chypriote », un recueil de musique médiévale du XVe siècle composée pour le roi Janus de Chypre. Une section entière est consacrée à Caterina Cornaro, qui a régné jusqu’à 1489, date à laquelle Venise l’oblige à renoncer au trône. Des icônes religieuses rares sont également présentées pour la première fois à l’extérieur des murs des évêchés, églises et monastères chypriotes. Illustrations de la « maniera Cypria », ces icônes ont été la principale forme d’expression artistique dans l’île de 1191 jusqu’à la fin du XIXe siècle.

Durant la période vénitienne de l’île, les peintres d’icônes chypriotes ont l’opportunité d’effectuer un apprentissage à Venise et introduisent ainsi le style de la Renaissance dans les icônes classiques. En 1571, Chypre tombe sous la domination ottomane. Alors que les églises gothiques sont transformées en mosquées, la production d’icônes n’a plus lieu que dans la clandestinité ou à l’étranger, ce qui entraîne le départ de nombreux artistes à Venise. L’exposition s’intéresse également à l’essor de la cartographie au XVIIe siècle, ainsi qu’à celui du baroque et du rococo, introduits par le Crétois Ioannis Kornaros (1745-1796). En 1878, l’île intègre l’Empire britannique. La vie à Chypre au XIXe siècle est ainsi documentée par de nombreuses photographies, dont celles de John Thomson, photographe officiel de la reine Victoria. L’indépendance de Chypre, proclamée le 16 Aout 1960, précédera la scission de l’île en deux parties, formant les zones chypriotes grecque au Sud, et turque au Nord.

Rétrospective historique sur l’identité chypriote, l’exposition confronte les caractéristiques des habitants de Chypre, telles que leur éducation, leur mentalité, leur héritage culturel ou leur ferveur religieuse, à la perception que les Européens ont eue de l’île. Le commissariat de l’exposition a été confié à Loukia Loizou Hadjigavriel, présidente du Comité National de Chypre auprès de l'UNESCO et Directrice du Leventis Municipal Museum de Nicosia.

Informations pratiques
PALAIS DES BEAUX-ARTS - BRUXELLES

Rue Ravenstein, 23
1035 Bruxelles
Belgique

Contact
+32 (0)2 507 84 44

www.bozar.be
Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque