Samedi 15 décembre 2018

Et si la construction des tours était un signe de récession ?

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 14 octobre 2009 - 355 mots

LONDRES (ROYAUME-UNI) [14.10.09] – La course à la hauteur des tours pourrait être un signe de la crise économique, selon le Guardian. La construction de la tour Burj à Dubai vient accréditer cette thèse.

Les gratte-ciels sont normalement le symbole de l’expansion économique dans le monde moderne, et un enjeu national pour le pays qui abrite sur son sol la plus haute tour du monde, symbole de puissance économique.
En ce moment-même s’achève la construction de la Tour Burj à Dubaï (818 m), qui va pulvériser le record détenu depuis 2004 par la Tour Taipei 101 (509 m) à Taiwan. L’inauguration est prévue pour décembre 2009. Mais son succès pourrait avoir un goût amer : il arrive dans un monde très différent de celui dans lequel il a été conçu, la crise est passée par là.

Pour le Guardian, cela n’est pas étonnant au regard de la théorie d’Andrew Lawrence élaborée en 1999 sous le titre « Skyscraper Index ». Dans cet ouvrage, Lawrence soutient que la construction de « super tours » est souvent le signe avant-coureur d’une crise économique.
Pour exemple, l’auteur évoque la construction à la fin des années 20 de plusieurs gratte-ciels mythiques tels l’Empire State Building, quelques mois avant le krach de 1929. D’autres exemples sont la Tour Sears de Chicago (442 m) terminée lors de la crise pétrolière de 1974, et les Tours Petronas en Malaisie (452 m), terminées après que la chute du marché boursier de Malaisie en 1997.

La construction de la Tour Burj à Dubaï confirme cette thèse du « Skycraper Index », où les buildings seraient la manifestation concrète de l’exubérance irrationnelle des marchés boursiers, avant que les krachs ne fassent s’effondrer les cours.

Légende photo (haut) : Tour Burj à Dubaï (818 m) © D.R.

Légende photo (bas) : Diagramme montrant les plus hauts bâtiments a une époque donnée (avec un intervalle de 60 ans à chaque fois).
De gauche à droite : la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg (143 mètres), la Tour Eiffel (300 mètres à l'origine), l'Empire State Building (381 mètres) et Burj Dubaï (810 mètres - estimation).
© Kuxu / Licence - Creative Commons

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque