Mercredi 19 décembre 2018

Dijon (21)

Esthétique de l’esquisse

Musée national Magnin - Jusqu’au 18 mars 2018

Par Dominique Vergnon · L'ŒIL

Le 21 décembre 2017 - 232 mots

Première pensée déposée sur la toile, saisie virtuose de l’essence du sujet, l’esquisse peinte, le bozzetto, est en petit format l’annonce de l’œuvre à venir, qui, une fois en grand, lui sera plus ou moins fidèle. Fixant les notations, le modello, apprécié à Venise et Florence, présenté au commanditaire, est souvent un maillon intermédiaire dans le cheminement créatif. Concentré de génie et d’émotions, l’esquisse pour les attraits de son far presto répond après 1760 au goût des amateurs. Son statut d’œuvre à part entière, renforcé par les concours de l’École des beaux-arts, suscite les controverses au XIXe siècle, certains estimant « qu’elle n’a pas de charpente et ne doit pas sortir de l’atelier », d’autres jugeant que le non finito ouvre l’infini à l’imagination et que cette promesse est supérieure au tableau achevé.

La polémique entre chaleur de la spontanéité et valeur de l’abouti se poursuit encore. Elle est illustrée de façon convaincante par la présentation d’une série d’esquisses préalables aux tableaux définitifs accrochés à côté. Réunies à partir de la riche collection d’esquisses peintes du Musée Magnin et jamais montrées ainsi, les quatorze paires signées Rubens, Parrocel, Ary Scheffer, Humbert et d’autres artistes, traitant de thèmes mythologiques, religieux et historiques, offrent un ample exercice d’observations et de comparaisons. Devant ces mises en parallèle, le visiteur est invité à confronter l’idée initiale au résultat final et à en évaluer à sa manière la distance.

« Exquises esquisses, du projet à la réalisation »,
Musée national Magnin, 4, rue des Bons-Enfants, Dijon (21), www.musee-magnin.fr

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°708 du 1 janvier 2018, avec le titre suivant : Esthétique de l’esquisse

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque