Mardi 17 septembre 2019

En Jordanie, un programme de l’ONU aide les femmes à entretenir un site archéologique

Par Ismène Bouatouch · lejournaldesarts.fr

Le 6 mars 2014 - 479 mots

UMM EL-JIMAL (JORDANIE) [06.03.14] – Un programme commun à l’UNESCO et à ONU-Femmes, visant à enseigner aux femmes d’Umm el-Jimal à gérer et à promouvoir le site archéologique de leur village, a débuté le 18 janvier en Jordanie.

L’UNESCO et ONU-Femmes ont mis en place ensemble un programme intitulé « Empowering rural women in Mafraq Governorate through the management and preservation of the Umm el-Jimal’s archeological site in Jordan as income-generating activities » (Permettre aux femmes rurales dans la région de Mafraq de gagner de l’argent en gérant et protégeant le site archéologique de Umm el-Jimal’s).

Ce programme de deux ans sera suivi par 40 femmes âgées de 20 à 50 ans et sans-emploi pour la plupart. Il agira à trois niveaux, explique Valentina Gamba, membre du bureau de l’UNESCO à Amman. Il s’agira d’abord d’aider ces femmes à acquérir les compétences leur permettant à long terme d’exercer une activité génératrice de revenus. Elles bénéficieront notamment de formations en artisanat.

Parallèlement, les 40 femmes apprendront à promouvoir, en étroite collaboration avec le ministère du Tourisme et son Département des Antiquités, le village d’Umm el-Jimal en tant que destination touristique de Jordanie, tant au niveau local qu’au niveau international.

Le programme visera également à développer des relations entre les femmes du village et d’autres femmes de Jordanie travaillant sur le même type de projets.

L’objectif est qu’au bout de deux ans, les 40 femmes ayant suivi le programme puissent s’impliquer dans la gestion du site archéologique d’Umm el-Jimal et ainsi gagner de l’argent. Par exemple, précise Valentina Gamba, « l’un des objectifs du programme est de faire d’Umm el-Jimal une destination pour des voyages scolaires lors desquels ces femmes joueront le rôle de guides ». Grâce à ce programme, l’UNESCO et ONU-Femmes espèrent améliorer la préservation du site archéologique et faire bénéficier le village des revenus générés par une augmentation du tourisme.

Umm el-Jimal est une commune d’environ 4 000 habitants, située dans le Gouvernorat de Mafraq, qui enregistre le plus haut taux de pauvreté et d’illettrisme de Jordanie. « Umm el-Jimal est un site archéologique autant qu’il est un village moderne », raconte Valentina Gamba. Il a été constamment occupé de la période nabatéenne à la période byzantine et omeyyade, c'est-à-dire pendant 700 ans (du 1er au VIIe siècle après J.-C.). L’histoire moderne d’Umm el-Jimal commence au XXe siècle lorsqu’une communauté s’installe dans le village et occupe les ruines byzantines. Ce n’est qu’en 1970, lorsque le gouvernement jordanien interdit une telle occupation des constructions antiques, que les habitants construisent le village moderne au bord du site.

« Si Umm el-Jimal n’est pas encore une destination touristique populaire », conclut Valentina Gamba, « il est tout de même considéré par le gouvernement jordanien comme l’un des sites archéologiques majeurs du pays ». Il avait même été proposé par la Jordanie en 2011 pour les nominations au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Légendes photos

Ruines de Umm el-Jimal, Jordanie - © Photo peuplier - 2009 - Licence CC BY 2.0 

Village de Umm el-Jimal et ses ruines, Jordanie - © Photo M1st91 - 2012 - Licence CC BY-SA 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque