Samedi 22 février 2020

En 8 ans, le taux de galeries françaises à la FIAC a baissé de 41 % à 23 %

Par Mathilde Bozier · lejournaldesarts.fr

Le 21 octobre 2015 - 387 mots

PARIS [21.10.15] - Depuis 2007, la FIAC internationalise ses exposants au détriment des galeries françaises. Paradoxalement, à l’heure du formidable développement de nouvelles scènes, ce mouvement s’accompagne d’une concentration sur 4 pays, notamment sur le secteur Lafayette.

C’est un fait, les galeries françaises sont moins présentes à la FIAC. En 2007, elles représentaient 41 % des exposants installés au Grand Palais, cette proportion a ensuite décliné plus ou moins régulièrement jusqu’à atteindre 23,5 % pour l’édition 2015. La diminution de galeries françaises n’a pas été sans conséquence sur les profils représentés. Si le nombre de galeries provinciales a peu bougé, - il était déjà quasi inexistant en 2007 - en revanche la proportion de galeries affiliées au Comité Professionnel des Galeries d’Art (CPGA) a fortement augmenté.

En 2007, 58 % des galeries françaises présentes à la FIAC étaient membres de ce syndicat. En 2015, elles sont 78 %. Pour autant, l’adhésion au syndicat ne constitue pas un sésame pour une entrée au Grand-Palais, plusieurs galeries membres du CPGA, par exemple Praz-Delavallade et Le Minotaure en ont fait l’amère expérience cette année.

La diminution du nombre de galeries françaises a profité à 3 pays qui ont renforcé leur présence sur la foire entre 2007 et 2014. Le pourcentage de galeries américaines a ainsi été multiplié par deux, passant de 10 à 20 %, la proportion des galeries allemandes a également bondi, passant de 5,5 % à 16 %. Pour les galeries anglaises l’effet plus modéré, a également été positif. Elles représentent aujourd’hui 8 % de l’ensemble des galeries. La tenue de Frieze à Londres, quasiment à la même période pourrait expliquer la faible présence des galeries anglaises au sein de la FIAC.

Ces évolutions marquent la domination de 4 pays sur la foire. Réunies, les galeries françaises, allemandes, américaines et britanniques constituent aujourd’hui 68 % des exposants alors qu’elles en représentaient 62 % en 2005. La concentration des galeries autour d’un petit nombre de nationalités est encore plus marquée au sein du secteur Lafayette dédié aux jeunes galeries. Tous les exposants de 2015 proviennent d’un de ces 4 pays, marquant une faible diversité géographique. En 2010 les provenances étaient plus variées, 31 % des exposants de ce secteur étaient issus du Mexique, du Japon, de l’Espagne et de la Suisse.

A la FIAC, internationalisation rime aussi avec concentration.

Mathilde Bozier et Cléo Morel

Master Conservation, Gestion et Diffusion des Œuvres d’Art des XXème et XXIème siècles, Université Paul-Valéry Montpellier III

Légende photo
Le stand de la galerie kamel mennour à la FIAC / Grand Palais - 21 octobre 2015 © photo Ludosane

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque