Disparition du peintre israélien Avigdor Arikha

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 3 mai 2010 - 434 mots

PARIS [03.05.10] – Peintre, dessinateur et graveur considéré comme une figure majeure de l’art israélien de la seconde moitié du XXe siècle, Avigdor Arikha est mort le 29 avril 2010 à Paris à l’âge de 81 ans.

Principale figure de l’art israélien depuis les années 1950, qualifié de « géant » par le journal Haaretz, l’artiste peintre, mais aussi dessinateur, graveur et historien d’art Avigdor Arikha est décédé des suites d’un cancer, a précisé David Robinson de la Marlborough Gallery, jeudi 29 avril 2010 à Paris à l’âge de 81 ans.

Arikha a vécu la majeure partie de sa vie en France. Né en Roumanie en 1929, il commence à dessiner dès son plus jeune âge. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est déporté dans un camp de concentration duquel il survit. Il y crée ses premiers dessins de scènes de déportation.

En 1944, il réussi à rejoindre la Palestine avec sa sœur. Il s’engage dans l’armée israélienne puis se lance dans des études d’art à la Bezalel Academy of Art and Design de Jérusalem. Blessé pendant la guerre d’indépendance, il part étudier l’art à Paris après l’obtention d’une bourse en 1949.

C’est à Paris qu’il se lie d’amitié avec l’écrivain Samuel Beckett dont il dessinera et gravera plusieurs portraits. Il illustre également les textes de l’écrivain autrichien Rainer Maria Rilke ou encore ceux de l’écrivain suédois Pär Lagerkvist, Prix Nobel de Littérature en 1951.

Son style a évolué tout au long de sa carrière. D’abord dessinateur, sa peinture devient abstraite à la fin des années 1950. Il réalise alors des œuvres aux formes et aux couleurs vives. Vers 1965, il se tourne vers la peinture figurative et la gravure et commence à enseigner l’histoire de l’art et publie de nombreux ouvrages.

Dans les années 1970, il commence à peindre d’après nature prenant pour modèle sa femme, Anne Atik – poète qu’il épouse en 1961 – ou encore ses filles. Il réalise également de nombreuses natures mortes et des paysages et des nus. Il réalise également le portrait de célébrités comme ceux de la reine Elisabeth d’Angleterre et de feue la reine mère, mais aussi celui de l’actrice Catherine Deneuve.

Historien d’art, il organisa de nombreuses expositions au Louvre, à la Frick Collection de New York ou au Musée d’Israël à Jérusalem et contribua à la rédaction de plusieurs catalogues. Ses œuvres ont fait l’objet d’expositions. En 1998, le Musée d’Israël de Jérusalem et le musée de Tel-Aviv lui consacrent une grande rétrospective. En 2006-2007, le British Museum présente ses dessins et peintures et en 2008, c’est le musée Thyssen-Bornemiza de Madrid qui lui fait honneur.

Légende photo

Avigdor Arikha - Autoportrait en chemise rayée (2001) - © Marlborough Gallery

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque