Dismaland a dopé les recettes touristiques de la région

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 29 septembre 2015 - 334 mots

WESTON-SUPER-MARE (ROYAUME-UNI) [29.09.15] – Fermé depuis dimanche, le parc d'attraction dystopique créé par Banksy a généré plus de 27 millions d’euros de recettes pour la ville. Il va prochainement être démantelé et ses matériaux serviront à la construction d'abris pour les migrants de Calais.

Au cours des cinq dernières semaines, plus de 150 000 personnes ont visité le parc à thème subversif implanté par Banksy à Weston-super-Mare, près de Bristol. La BBC rapporte que les bénéfices pour la cité balnéaire en difficulté sont de l’ordre de 20 millions de livres, soit environ 27 millions d’euros. Dismaland a accueilli en moyenne 4 000 personnes par jour depuis le 20 août, jusqu’à sa fermeture dimanche 27 septembre, pour un coût modique de 3 livres (5 euros).

Alors que le street artist avait pensé son parc d’attraction comme une satire des industries du tourisme et des parcs à thème, Dismaland a finalement profité aux entreprises touristiques de la ville, qui connaissent habituellement une baisse d’activité en septembre. Le nombre de passagers ferroviaires a également doublé durant cette période. John Turner, membre de l’office de tourisme local Visit Somerset, s’est réjoui des recettes engrangées par les hôtels et les restaurants de la région, qui ont dépassé de plus de trois fois ses prévisions. « La manifestation est allée bien au-delà de nos espérances. Cela a été un phénomène mondial d'une importance majeure pour la région et qui souligne combien le tourisme peut être important dans l'économie locale. »

Fermé depuis dimanche dernier, le parc d’attraction a déjà trouvé une nouvelle destination. Sur le site du parc, Banksy a annoncé que « tout le bois et les accessoires de Dismaland seront envoyés à la "jungle", camp de réfugiés près de Calais pour construire des abris ». L'artiste est sensibilisé depuis longtemps à la cause des migrants. Ce thème était d’ailleurs déjà présent dans le parc lui-même, sous forme d’une installation comprenant des étangs et des bateaux à moteur remplis de réfugiés. Le démantèlement de Dismaland devrait durer trois semaines.

Légende photo

Affiche de Dismaland / dismaland.co.uk

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque