Dimanche 23 septembre 2018

Deux universités britanniques vont cartographier les sites archéologiques en danger en Afrique

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 25 février 2015 - 323 mots

OXFORD / LEICESTER (ROYAUME-UNI) [25.02.15] – Les Universités d’Oxford et de Leicester s’associent pour le projet Endangered Archaeology, qui vise à recenser le patrimoine archéologique du Moyen-Orient et du nord de l’Afrique en danger.

Cette fois-ci, l’initiative ne vient ni de l’ICOM, ni de l’UNESCO, même si elle s’apparente aux listes rouges et à la liste de sauvegarde urgente du patrimoine culturel de l'humanité. Le projet Endangered Archaeology a été lancé par des chercheurs des universités d’Oxford et de Leicester ; il consiste à inventorier et à cartographier les sites archéologiques en danger du Moyen-Orient et du nord de l’Afrique, avant qu’ils ne soient détruits par les guerres, par les pillages et par les expansions urbaines.

Selon les chercheurs, il existerait entre 3 et 5 millions de sites dans ces régions, parmi lesquels plusieurs seraient immédiatement menacés. Les activités humaines, l’explosion « massive et soutenue » de la population, les développements de l’agriculture et les guerres sont autant de phénomènes qui impactent la conservation du patrimoine. L’équipe universitaire procèdera à l’inventaire de ces sites à l’aide d’images satellites et de photographies aériennes, notamment de Google Earth. Une collaboration avec les autorités locales est également envisagée afin de créer un réseau de « gardiens » des sites.

Le Dr. Bewley, professeur à la faculté d’archéologie de l’université d’Oxford et directeur du projet, explique : « ce projet est très opportun à l’heure où les menaces à l’égard des plus importants sites archéologiques sont en augmentation à une vitesse sans précédent et que la situation va devenir encore plus critique si nous n’agissons pas maintenant ». Le professeur Andrew Wilson, chercheur, a quant à lui précisé que « ce projet fournira des outils et stratégies pour la conservation future ainsi que pour la gestion du patrimoine en péril ».

Le projet est financé par Arcadia Fund, un fonds caritatif qui soutient des actions humanitaires et des programmes universitaires qui préservent le patrimoine culturel et l’environnement.

Légende photo

Images de Google Earth montrant les images de la mosquée Aleppo au Moyen-Orient avant et après les destructions - © Photo University of Oxford

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque