Deux arbres mythiques aborigènes réduits en cendre dans un incendie probablement criminel

Par Sarah Barry · lejournaldesarts.fr

Le 7 janvier 2013 - 376 mots

SYDNEY (AUSTRALIE) [07.01.13] – Les autorités australiennes viennent d’annoncer la destruction par le feu de deux « arbres à gomme fantôme » mis en valeur par la mythologie aborigène et les peintures du célèbre artiste indigène Albert Namatjira. Alors qu’ils devaient être classés prochainement, ils pourraient être les victimes d’un acte délibéré.

Ces deux arbres mythiques de la culture aborigène, icônes de beauté des paysages australiens, ont été découverts en cendres par un employé du Departement of Lands du Territoire du Nord jeudi 3 janvier 2013 au matin, rapporte The Australian. La police suppose cependant qu’ils auraient brûlé quelques jours plus tôt, autour du 30 décembre 2012, dans un incendie qu’Alison Anderson, ministre chargée des questions aborigènes dans le Territoire du Nord, qualifie de criminel. Cette dernière affirme en effet que les arbres étaient d’accès facile depuis la route d’Hermannsburg, ville où le peintre aborigène Albert Namatjira est né en 1902.

Selon Alison Anderson, A. Namatjira (1902-1959) « a montré au monde la beauté des paysages de l’Australie centrale et en a fait un symbole de l’identité australienne ». Nombre de ses aquarelles représentent ces arbres de la famille des Corymbia, nommés également « arbres à gomme fantôme », qui symbolisent l’attachement du peintre à sa contrée d’origine. Les deux arbres en question, qui se tenaient à quelques mètres l’un de l’autre dans la terre ocre du « bush », à environ seize kilomètres d’Alice Springs et au cœur de l’immense désert australien, ont souvent servi de modèle à l’artiste, incitant les touristes et autres amoureux de l’art à leur rendre visite.

Mais au-delà de ces considérations artistiques, évidentes pour une sensibilité occidentale, les arbres suscitaient un intérêt historique et géographique, dans une aire culturelle où le patrimoine naturel accède à une dimension sacrée aussi bien qu’un Rembrandt en Europe. Les Aborigènes vivent une relation spirituelle avec les éléments de la faune et de la flore, et font des enjeux environnementaux une priorité pour conserver intacte la terre de leurs ancêtres et son esprit. Le gouvernement local venait de prendre des mesures pour protéger le site des feux de brousse, tandis que le ministère de l’Agriculture et de l’Environnement commençait à envisager le classement des deux arbres sur la liste du patrimoine historique de la région.

Légende photo

Deux « arbres à gomme fantôme » incendiés en décembre 2012 près d'Alice Springs en Australie - source AFP

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque