Mercredi 28 octobre 2020

Des peintures murales inédites de Thomas Cole, fondateur de la Hudson River School, découvertes dans son ancienne maison

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 7 juillet 2015 - 700 mots

CATSKILL (NEW YORK, ETATS-UNIS) [07.07.15] – Thomas Cole (1801-1848), fondateur du premier mouvement artistique majeur des États-Unis, séjournait régulièrement dans une maison de campagne pour peindre les paysages de l’Hudson qui l’ont rendu célèbre. Des chercheurs y ont découvert des fresques murales inédites recouvertes depuis 1900 sous des couches de peinture successives.

La découverte de peintures inédites du maitre américain, dissimulées sous des couches de peinture murale depuis plus d'un siècle, a été annoncée le 1er juillet à la Thomas Cole National Historic Site par le sénateur Chuck Schumer, démocrate de New York. Il en a profité pour demander des subventions fédérales pour continuer à enlever les couches postérieures et aider à les préserver. Les origines de cette découverte importante ont été racontées par le New York Times.

En 2014, Matthew J. Mosca, qui travaillait à la rénovation de la maison de Thomas Cole avec Jean Dunbar, spécialiste lui aussi des intérieurs historiques, a découvert un fragment de clé grecque, montrant une influence de modèles décoratifs populaires en Europe, qui avait été peint en noir à la main sur le plâtre et recouvert de peinture. Dans les années 1900, après la mort de la veuve de Thomas Cole, la maison a bénéficié d’une rénovation importante, et c’est à ce moment-là que les murs auraient été nettoyés puis repeints.

En fouillant de vieilles factures de Thomas Cole et ses lettres au sujet de la décoration, et en comparant le travail de conception avec des croquis et des peintures connues, Jean Dunbar et Matthew Mosca en ont déduit que les murs avaient été peints par l’artiste lui-même, probablement autour de 1836. En parallèle, Matthew Mosca a continué à mettre à jour les frises peintes sur les murs de deux salons, représentant probablement des feuilles et des roses.

Artistes, historiens, politiciens et la communauté de Catskill célèbrent cette découverte de peintures inconnues, qui donnent une idée plus précise de Thomas Cole lui-même, notamment s’agissant de sa conscience aigüe de sa mission et la façon dont il a mis en place une stratégie pour que le public comprenne son art. « Cela donne une documentation plus intime de son processus de création, et cela renforce le rôle de ce lieu, sa maison », a déclaré Linda S.Ferber, historienne de l’art et directrice émérite du musée de la New York Historical Society.

En effet, les peintures ont été découvertes dans les salons est et ouest de la maison, dans laquelle Thomas Cole venait l’été depuis New York pour faire de la randonnée, esquisser l'Hudson et peindre ses visions verdoyantes d'un paysage américain immaculé où les nouveaux agriculteurs vivaient en harmonie avec la nature sauvage. Il utilisait les salons du premier étage en tant que galeries pour ses peintures et, leur atmosphère est devenue une extension de son œuvre. « Je pense que nous allons découvrir que Cole a continué à décorer et redécorer la maison pour s’accorder avec les peintures qu’il essayait de vendre », a conclu Matthew Mosca.

Né en Angleterre en 1801, Thomas Cole a émigré en Amérique en 1818 et a conçu des dessins pour les textiles fabriqués par son père. Il a également peint des meubles, des papiers peints et des revêtements en tissu au pochoir. Thomas Cole a fondé la Hudson River School, premier mouvement artistique majeur des États-Unis, et révolutionné la conception américaine du paysage.

Betsy Jacks, directrice exécutive du Thomas Cole National Historic Site espère bientôt pouvoir exposer les frises restaurées et recouvertes par une protection en plexiglas avec les 17 autres peintures de Thomas Cole conservées à l’intérieur de la maison. En attendant, le public est tout de même invité à venir les voir dans leur état actuel. Le sénateur Schumer a annoncé qu'il avait demandé au président de la National Endowment for the Humanities et au directeur par intérim de l’Institute of Museum and Library Services des subventions respectivement de 460 000 dollars et 150 000 dollars pour restaurer les frises de Thomas Cole et créer une exposition multimédia interactive pour améliorer l’expérience du visiteur. « Les gens vont en profiter pendant des générations. Et nous avons vu que la préservation de nos trésors est l'une des meilleures façons de créer des emplois », a-t-il ajouté.

Légendes photos

Cedar Grove ou « La maison de Thomas Cole » © Photo Dmadeo - 2007 - Licence CC BY-SA 3.0

Thomas Cole, View from Mount Holyoke, Northampton, Massachusetts, after a Thunderstorm—The Oxbow, 1836, 130.8 Á— 193 cm, collection du Metropolitan Museum of Art © Photo wartburg.edu - Photo sous Licence Domaine public via WikimediaCommons

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque