Des contrefaçons de Perriand, Jeanneret et Le Corbusier détruits par une pelleteuse

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 16 mai 2011 - 384 mots

GENEVE (SUISSE) [16.05.11] – A Genève, les douaniers ont détruit 24 meubles estampillés Le Corbusier, Pierre Jeanneret ou encore Charlotte Perriand. Il s’agissait de contrefaçons en provenance de Chine.

Mercredi 11 mai 2011, les douanes genevoises ont procédé à la destruction de 24 fauteuils et canapés réalisés par les célèbres designers Le Corbusier, Pierre Jeanneret et Charlotte Perriand. La vente de ce mobilier aurait pu rapporter près de 100 000 francs suisses (80 000 euros). Mais, ces meubles se sont révélés être des copies.

13 chaises longues, 9 fauteuils et 2 canapés sont arrivés en Suisse dans un container. Tous ont été détruits dans la banlieue de Genève, sur la zone industrielle de Satigny. Voilà pour les faits principaux. Puis, les versions se contredisent dans la presse. Pour tsr.ch, la marchandise avait été déclarée conforme par le service des douanes. Et, c’est ensuite l’entreprise italienne Cassina, titulaire des droits de reproduction pour les meubles de Perriand, Jeanneret et Le Corbusier, qui aurait exigé que l’authenticité des meubles soit vérifiée.

Pour La Tribune de Genève, en revanche, ce serait la section anti-fraude des douanes genevoises qui aurait suspecté le container chinois et ordonné la saisie de son contenu pour vérification de marchandise. Les douanes genevoises auraient elles-même reconnu que les meubles étaient en fait des faux. Conformément à la loi suisse, les douaniers auraient alors saisi la marchandise. Et, c’est à ce moment là que la Suisse aurait averti Cassina, laquelle aurait décidé de la destruction des contrefaçons.

Les 24 meubles, qui avaient été importés par un magasin de Genève, ont été détruits par broyage à l’aide d’un engin de chantier, de type pelleteuse. Le commerçant genevois a, quant à lui, écopé d’une amende. Pour ce qui est du fabricant chinois, toutefois, il n’a pas été possible de remonter jusqu’à lui.

Le directeur de Cassina, Gianluca Armento, qui assistait à l’opération de destruction, a indiqué que les meubles contrefaits représentaient les « best-sellers » des trois designers. Il a précisé que le destinataire de ces imitations était parfaitement conscient de l’inauthenticité de ces pièces.

D’après Jérôme Coquoz, directeur des douanes à Genève, le commerce des contrefaçons est en pleine expansion. Au cours des trois premiers mois de l’année 2011, les saisies de faux auraient augmenté de 31 % par rapport à la même période l’an passé.

Légende photo

Meubles Le Corbusier - © photo Ted Drake - 2009 - Licence CC BY-ND 2.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque