Des chantiers de Pompéi contrôlés par la police pour desserrer la mainmise de la Camorra

Par Amélie Du Fretay · lejournaldesarts.fr

Le 19 septembre 2013 - 349 mots

POMPEI (ITALIE) [19.09.13] - Pour protéger le site classé depuis 1997 au patrimoine mondial, et répondre aux impératifs de restauration, les autorités italiennes vont maintenant surveiller les chantiers.

La Dia (Direzione Investigativa Anti Mafia) de Naples s’est jointe à la police, aux carabiniers et à la brigade financière pour protéger l’accès à certaines villas de Pompéi. Elle souhaite ainsi contrecarrer le laisser-aller qui s’était progressivement installé en raison de la pression de la mafia napolitaine. La Camorra est accusée de bloquer les opérations de restauration en détournant les subventions allouées aux entreprises sous son contrôle. Elle laissait les éboulements se poursuivre pour continuer à bénéficier des aides, alors débloquées en hâte. Elle est aussi soupçonnée de faire pression sur les superintendants successifs du site.

L’Italie voudrait respecter ses engagements après l’alerte lancée par l’Unesco suite à une série de dégradations constatées sur le site. Après l’effondrement de la Schola Armaturarum Juventus Pompeiani (la maison des gladiateurs) le 6 novembre 2010, elle a envoyé en décembre de la même année des experts chargés de vérifier l’état de délabrement des vestiges.

En 2012, seulement 10 % des maisons sont ouvertes à la visite et cinq zones sont maintenant libres d’accès contre cinquante dans les années 60. Le 5 avril 2012, Salvatore Settis, ancien directeur de l’Ecole normale supérieure de Pise et président du comité scientifique du Louvre lançait un cri d’alarme dans le quotidien italien La Reppublica Sera intitulé : « Le 10 regole per far rinascere Pompéi » (les 10 recommandations pour faire renaître Pompéi). Parmi elles, la mise à disposition de la totalité des recettes pour le site et une gouvernance efficace épaulée par une commission internationale chargée d’identifier les priorités de restauration.

Fin juin 2013, Giovanni Puglisi, président de la commission nationale de l’Unesco en Italie, avait enjoint au gouvernement de prendre des mesures avant le 31 décembre de cette année. Le « Grand Projet Pompéi » lancé par l’Union Européenne (UE), dispose d’un budget total pour l’entretien et la valorisation du site archéologique de 105 millions d’euros, financé à hauteur de 41,8 millions d’euros par l’Union Européenne.

Visite de Pompéi grâce au World Wonders Project de Google (technologie Street View)

Légende Photo :
Vue de Pompéi - ville bâtie au VIe siècle avant J-C et ensevelit par le volcan du Vésuve en 79 après J-C - Italie - © Photo ho visto nina volare - 2012 - Licence CC BY-SA 2.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque