Samedi 22 février 2020

Des billets mis en enchères pour visiter la grotte d’Altamira ?

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 19 janvier 2016 - 467 mots

SANTILLANA DEL MAR (ESPAGNE) [19.01.16] – Malgré un phénomène de dégradation des peintures rupestres imputée à la respiration humaine par les scientifiques, la grotte d’Altamira a rouvert au public depuis presque un an. Le conseil régional de Cantabrie voudrait mettre aux enchères des billets pour attirer de riches touristes internationaux.

L'accès à la grotte d'Altamira en Espagne, qui abrite des peintures paléolithiques spectaculaires, pourrait bientôt être plus facile pour les milliardaires du monde entier, si un système d'enchères proposé par le gouvernement régional de Cantabrie était mis en place, relate El País.

En mars 2015, la direction de la grotte d’Altamira, classée Patrimoine de l’Humanité par l’Unesco, a décidé d’ouvrir le site au public, en dépit des critiques des scientifiques. Les visites ont débuté le 10 avril suivant, à raison d’un groupe de cinq personnes tirées au sort par semaine. Altamira est ainsi devenue la seule grotte préhistorique ornée de cette importance ouverte aux touristes, malgré un phénomène de dégradation imputé à la respiration humaine par les scientifiques.

En France, « les grottes de Lascaux et Chauvet sont fermées et ce n’est pas un problème », estime Teresa Chapa Brunet, professeur en préhistoire à l’Université Complutense. « Ils ont fourni des solutions alternatives qui permettent un tourisme culturel de masse, et les gens sont convaincus qu'ils contribuent à leur conservation ».

La nouvelle proposition de la région prévoit l’organisation de ventes aux enchères qui donneraient au plus offrant le droit à une visite guidée de la grotte. Cette idée est vivement critiquée par plusieurs partis. « Une telle initiative introduirait une inégalité qui contredit les valeurs liées au statut d’Altamira comme site du patrimoine mondial de l'UNESCO », a ainsi déclaré un porte-parole du parti Podemos. José Antonio Lasalle, le secrétaire d'Etat pour la culture (parti populaire), a également rejeté l'idée d'une vente aux enchères : « cette proposition contrevient à la politique de prix publics sur laquelle fonctionnent les musées d'Etat. Dans ce pays, l'accès à la culture est le même pour tout le monde ».

De son côté Francisco Martín, conseiller en charge de l’industrie, du tourisme et du commerce du gouvernement de Cantabrie, défend l’idée de ces ventes aux enchères, estimant qu'une meilleure utilisation pourrait être faite d'Altamira. « Il ne s’agit pas seulement d'argent, mais d’un moyen de promouvoir Altamira sur le circuit de tourisme international. Ce dont nous parlons n’affectera pas la loterie hebdomadaire. Nous demanderons juste de mettre cinq billets de côté pour les enchères. Il y a des gens qui sont prêts à payer beaucoup d'argent pour entrer dans la grotte. […] Imaginez l'impact de l'annonce de la vente aux enchères dans le New York Times ou si Bill Gates venait visiter Altamira ».

José Antonio Lasheras, directeur du musée d'Altamira, a pour le moment refusé de commenter cette proposition.

Légende photo

Reproduction du plafond d'Altamira du Museo Arqueológico Nacional de España à Madrid © Photo José-Manuel Benito - 2006 - Photo sous Licence Domaine public via Wikimedia Commons

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque