Dimanche 18 février 2018

Des archéologues britanniques luttent contre un propriétaire terrien pour sauver un aqueduc antique

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 8 juin 2010

ROME (ITALIE) [08.06.10] – Des archéologues britanniques sont aux prises avec un propriétaire terrien, accusé de fouilles clandestines, pour la sauvegarde d’un aqueduc construit par l’empereur Trajan (53-117).

Des fouilles clandestines menées par le propriétaire du terrain sur lequel a été découvert en janvier dernier un aqueduc construit par l’empereur romain Trajan – caché sous les ruines d’une église du XIIIe siècle – menacent la préservation du site. Des archéologues britanniques tirent la sonnette d’alarme.

Depuis que la découverte a été rendue publique, les archéologues affirment, preuves photographiques à l’appui, que le propriétaire du terrain, un certain Davide Piccioni – a entamé une fouille sauvage du site dans le but d’exhumer le plus grand nombre d’objets antiques. « Il se livre à une sauvage chasse au trésor » ont déclaré les archéologues au Telegraph.

En effet, le site a subi de nombreux dommages. Des photos montrent que le propriétaire a brûlé la végétation autour de l’entrée de la grotte menant à l’aqueduc et coupé des arbres qui maintenaient les fondations, ébranlant une partie de la maçonnerie.

Les archéologues britanniques soutenus par des homologues américains des universités de Virginie et du Texas ont appelé les autorités italiennes en charge de la préservation du patrimoine à agir expressément pour éviter d’endommager davantage le site.

Le maire de la ville qui déplore l’incident a demandé à la direction de l’archéologue de procéder à une inspection urgente du site, mais il a précisé qu’il ne pouvait rien faire entre temps, s’agissant d’une propriété privée.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque