Découverte de parures vieilles de 85 000 ans au Maroc

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 7 mai 2008

RABAT (MAROC) [07-05-08] - Des parures composées de coquillages perforés et datant de 85 000 ans ont été découvertes au nord-est du Maroc, dans la grotte des Pigeons. Ces ornements sont les plus anciens connus actuellement.

Des archéologues de l’université d’Oxford et de l’Institut marocain de l’archéologie et du patrimoine ont découvert les plus anciennes parures connues. Vingt coquillages perforés ont été mis au jour dans la grotte des Pigeons de Taforalt, à l’est du Maroc. Ils dateraient de 85 000 ans, selon la datation de leur couche stratigraphique et sont antérieurs à des découvertes précédentes remontant à 82 000 ans.

La grotte des Pigeons est profonde de 30 mètres avec une dénivellation de 10 mètres. Elle est située à 50 km de la côte marocaine, à 720 mètres d’altitude.

En 2007, des fouilles archéologiques avaient déjà révélé 13 coquillages perforés datant de 82 000 ans. Ils figuraient parmi les plus anciens ornements connus. En outre, ces découvertes révèlent l’utilisation d’un même type de coquillage, le Nassarius gibbosulus. Des découvertes similaires en Israël, sur le site de Skhul, et en Algérie, à Oued Djebbana, ont illustré une culture matérielle symbolique plus ancienne en Afrique qu’en Europe, les plus anciennes parures remontant à 40 000 ans.

Les coquillages étaient ramassés morts sur les plages, éloignés de plusieurs dizaines de kilomètres des sites découverts et transportés sous forme d’ornements. Des traces d’usures témoignent d’une utilisation durable des parures. En outre, les coquillages étaient recouverts d’ocre rouge, témoignage probable d’une utilisation symbolique commune à des populations de Palestine jusqu’au Maroc.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque