Damien Hirst expose au Qatar 14 sculptures géantes représentant des fœtus humains

Par Julien Rocha · lejournaldesarts.fr

Le 9 octobre 2013 - 459 mots

DOHA (QATAR) [09.10.13] – En parallèle à l’inauguration prochaine d’une grande rétrospective de Damien Hirst à Doha, la famille royale du Qatar a inauguré l’exposition sur une place publique de quatorze sculptures monumentales de l’artiste britannique, représentant chacune un stade du développement du fœtus humain.

Lundi 7 octobre 2013 au soir, en présence de la famille royale du Qatar, les quatorze « ballons » installés depuis plusieurs semaines sur la place devant le Sidra Medical and Research Center de Doha, un hôpital dédié aux femmes et aux enfants, se sont défaits, laissant apparaître les nouvelles créations de l’artiste britannique Damien Hirst. Baptisées « Le Voyage Miraculeux », elles se composent de quatorze statues géantes en bronze représentant chacune un stade du développement d’un fœtus humain dans un utérus, de sa conception jusqu’au bébé qui en résulte.

Selon The New Times, le projet a été initié dans le plus grand secret en 2009. Il est le fruit d’une commande de Sheikha al Mayassa Hamad bin Khalifa al-Thani, présidente de l’Autorité des musées du Qatar et sœur de l’émir souverain du pays, Tamim ben Hamad al-Thani. Son inauguration intervient deux jours avant l’ouverture de la plus grande exposition rétrospective de Damien Hirst, « Reliques », qui se déroule à Doha du 10 octobre 2013 au 22 janvier 2014.

L’iconographie peut paraître très provocante dans un pays musulman aux traditions religieuses très prononcées, censurant régulièrement les images féminines dans la presse et où la représentation des êtres vivants est prohibée. La semaine dernière déjà, l’acquisition et l’exposition sur une promenade au bord de mer de Doha de la sculpture colossale Coup de tête d’Adel Abdessemed avait suscité une polémique, sous couvert d’offense à la « sensibilité religieuse ». Pour Sheikha al Mayassa, fervente défenseure de l’art contemporain, il n’y aurait toutefois aucune raison de créer un scandale : « Il y a un verset sur le miracle de la naissance dans le Coran. Ceci n’a rien de contradictoire avec notre culture ou notre religion ».

Sheikha al Mayassa a été désignée en 2011 et en 2012 « femme la plus influente du monde des arts » par les magazines respectifs Art Auction et The Economist. Diplômée en sciences politiques aux Etats-Unis, à la Sorbonne et à Sciences Po Paris, elle a beaucoup influencé son père, l’ancien émir Hassan bin Mohammed bin Ali al-Thani, dans sa politique d’acquisition d’art moderne et contemporain. Depuis plusieurs années, son but est de faire de Doha une nouvelle place forte à l’international en matière culturelle. Elle a été à l’origine du Musée d’art islamique créé par Ieoh Ming Pei et inauguré en 2008, et dirige toujours la réalisation du Musée national du Qatar, produit par Jean Nouvel, et du Musée Oriental, dessiné par Herzog et de Meudon.

Légende photo

Damien Hirst - © Photo Christian Görmer - 2010 - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque