Mercredi 21 novembre 2018

Monographie

Sciences occultes, physiques et esthétiques

Par Anaïd Demir · Le Journal des Arts

Le 15 avril 2005 - 679 mots

Loris Gréaud expose au Plateau/FRAC Île-de-France à Parisses énigmatiques recherches formelles et scientifiques.

 PARIS - Vous avez émis un souhait et, trois éternuements plus tard, voilà que l’on vous contacte mystérieusement. Ghosting Productions a capté vos désirs. Tout comme une équipe de biogénéticiens, géobiologistes, télépathes, neurophysiciens, télékinésistes, synesthésistes, exorcistes, magnétiseurs… et autres amateurs éclairés, vous devenez momentanément locataire d’un appartement hanté. Au programme : vue imprenable sur Paris. Expérience rare. Voyage anti-« Feng Shui » et mise à l’épreuve de votre karma. L’une des deux fées de Ghosting Productions vous remet les clés de l’appartement. Vous êtes prévenus : aucune chance que vous puissiez trouver le sommeil. Le lit a la tête au sud en cette chaude nuit de pleine lune. Les champs magnétiques sont saturés. Cactus, entrelacs de fils électriques, conjonction de miroirs et autres amulettes mal placées…, on a même branché la tour Eiffel pour l’occasion : elle scintille et diffuse sa présence fantomatique à travers les vitres. Les âmes sensibles et moins sensibles peuvent laisser un message sur une boîte vocale prévue à cet effet. Les témoignages recueillis seront ultérieurement rediffusés sur ondes radiophoniques. Ceux qui ont fait leurs premières dents sur des candélabres auront conjuré le sort de l’appartement et verront leur aura reluire comme un sou neuf…, mais, comme les autres, sortis de l’appartement, ils alimenteront la rumeur et prendront sans tarder le chemin de l’exposition personnelle de Loris Gréaud (né en 1979) au Plateau/FRAC Île-de-France. Car c’est ici qu’expose l’artiste, qui est à la tête de l’organisation. Ici encore, les événements se jouent dans plusieurs zones spatio-temporelles. Les uns auront assisté au vernissage de l’exposition dans la pénombre. Ceux-là témoigneront d’un solo de batterie long de trois heures. Car, comme d’autres changent le plomb en or, le musicien Gaël Angelis, complice de Loris Gréaud, était en effet ce jour-là tout occupé à changer les impulsions sonores de son concert en énergie électrique. Une énergie qui alimente l’exposition pendant toute sa durée. Certains diront que l’exposition se visite à la lumière de quelques chandeliers modernes : des objets qui tiennent à la fois du luminaire et du cartel d’exposition. Toujours est-il que tous les sens sont en éveil et que Ghosting Productions décline toute responsabilité concernant les défaillances irrationnelles, les récits hallucinatoires et autres contacts spectraux ou extra-humains provoqués. Croyait-on que les spectres n’imprimaient pas la pellicule ? Ce petit monde ne souffre pas la vue d’une gousse d’ail, mais ne craint pas toujours l’objectif vidéo : l’artiste nous rapporte quelques images animées. Entre rêve et cauchemar, cela va de soi. Plus loin, on retrouve sur son chemin des murs impalpables. C’est une architecture faite de courants d’air : on reconnaît là la morphologie du fameux appartement cité plus haut. Un vaisseau spatial pour canard qui rend hommage au pouvoir de stimulation créative de la volaille aquatique, des signaux en morse, une machine générant des rêves grâce à ses pulsations lumineuses, des sons, des échos, des courants d’air…

Odeur de Mars
La visite de l’exposition de Loris Gréaud laisse l’irrationnel et les sciences se réconcilier. Cette aventure se vit sous une voûte étoilée qui porte le doux nom de « M46 ». Une couleur dont Gréaud est le concepteur et qui reprend la constellation astronomique du même nom – ironie du sort ? Après tout ça, si le visiteur a l’impression d’avoir atterri sur Mars, c’est normal. Loris Gréaud a retrouvé l’odeur citronnée de la planète et cette fragrance rare accompagne le visiteur tout au long de son expédition esthétique. Que signifie le titre de l’expo, « Silence goes more quickly when played backwards » (le silence va plus vite quand il est joué à l’envers) ? Revenez sur vos pas et vous aurez peut-être la solution de l’énigme. D’ailleurs, pour ceux qui auraient des problèmes d’acuité visuelle, l’artiste propose une variété de cresson génétiquement modifié : à déguster sur place évidemment !

Loris Gréaud : Silence Goes More Quickly When Played Backwards

Jusqu’au 22 mai, Le Plateau/FRAC Île-de-France, angle rue des Alouettes/rue Carducci, 75019 Paris, tél 01 53 19 84 10, mercredi-vendredi 14h-19h, samedi-dimanche 11h-19h.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°213 du 15 avril 2005, avec le titre suivant : Sciences occultes, physiques et esthétiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque