Vendredi 13 décembre 2019

Euralille

« Le Vaisseau »

Julien De Smedt, architecte doué, livrera en 2014 à Lille, un équipement public déjà célébré

Par Gilles de Bure · Le Journal des Arts

Le 3 janvier 2012 - 434 mots

LILLE - Un triangle dont les pointes se soulèvent, de façon à créer trois parvis (l’un au sol de bois, l’autre au revêtement minéral, le dernier en forme de jardin planté, afin de les mieux distinguer), soit une voie d’accès spécifique pour chacune des trois entités se partageant le bâtiment commun : un centre multi-accueil petite enfance, une auberge de jeunesse de 200 places, et un Centre des innovations socio-économiques. Et au milieu du triangle, un jardin commun, traité à la manière d’un cloître, calme et serein, au cœur de la ville.

Un équipement programmé par Lille Métropole Communauté urbaine et aménagé par la SAEM Euralille dans le cadre de la redéfinition du quartier de la Porte de Valenciennes, tombé en déshérence malgré son glorieux et industrieux passé. À ses abords, les quartiers de Fives et de Moulins furent longtemps les hauts lieux des filatures aujourd’hui majoritairement en désuétude, à tel point que les activités de la gare de Saint-Sauveur ont définitivement stoppé…

Bref, depuis 2007 on s’active beaucoup. Soit 16 hectares où l’on démolit et construit. Déjà 127 000 m2 (67 % de logements, 25 % de bureaux, 5 % de commerces et 3 % d’équipements) et une cohorte d’architectes aux manettes, parmi lesquels, Dusapin-Leclercq, Escudié-Fermaut, Coldefy, Pattou Tandem, Atelier 9.81, Babin-Renaud, SMD… bref, le grand jeu.

Et au cœur du projet global, « Le Vaisseau », équipement structurant et fédérateur dont les travaux démarreront courant 2012 et dont la livraison interviendra courant 2014. Un vaisseau imaginé par Julien De Smedt, lauréat du concours en septembre 2011, comme un « catalyseur urbain ». Une architecture dynamique et déjà iconique, qui dialogue de toutes ses faces avec l’espace urbain et, naturellement, traitée en bâtiment basse consommation (BBC), avec une gestion ambitieuse des eaux pluviales et de récupération de chaleur. L’une des trois faces tronquées, celle du Centre multi-accueil petite enfance, est traitée de vantelles ajustables aux couleurs du drapeau européen, et signée Rem Koolhaas chez lequel De Smedt a travaillé un an, à Rotterdam, en 2001, après l’obtention de son diplôme, en 2000, à la Bartlett School of Architecture de Londres. Puis, Julien De Smedt fonde l’agence Plot, en association avec Bjarke Ingels, autre étoile montante au firmament de l’architecture contemporaine. Les deux architectes, d’ailleurs, remporteront en 2004 le Lion d’Or de la Biennale d’architecture de Venise pour le projet de la salle de concert de Stavanger en Norvège.

En 2005, Julien De Smedt reprend sa totale liberté et, en 2007, le tremplin de saut à skis qu’il livre à Oslo fait le tour du monde de la presse architecturale. Un talent à suivre…

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°360 du 6 janvier 2012, avec le titre suivant : « Le Vaisseau »

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque