Mercredi 21 octobre 2020

Collectionneurs

Laurent Dumas porte-drapeau de la scène française

Par Martine Robert · L'ŒIL

Le 26 octobre 2017 - 716 mots

L’homme d’affaires a désormais toutes les cartes en main pour faire davantage rayonner les artistes de l’Hexagone.

C’est probablement le collectionneur qui défend le plus fermement la scène artistique française, avec une vision à la fois d’esthète et d’homme d’affaires. Laurent Dumas, président de la société d’immobilier de luxe Emerige a, en effet, toutes les cartes en main désormais pour dynamiser toute la filière : soutiens aux jeunes artistes et à leurs galeries via son mécénat ou l’opération « Un immeuble, une œuvre » qu’il a initiée et suggérée au Ministère de la Culture, construction d’un ambitieux centre d’art, à la fois lieu d’exposition et résidence d’artistes, sur l’île Seguin à Boulogne, entrée au capital de la maison de vente Piasa dont il est devenu le premier actionnaire et où il veut développer les adjudications d’art contemporain français pour doper le second marché…
 

Une chaîne de responsabilités

Cette « défense nationale de l’art » ne s’explique pas seulement par le fait qu’Emerige déploie ses activités essentiellement dans l’hexagone, loin de là. « Il faut faire les choses naturellement et honnêtement », justifie Laurent Dumas. Alors qu’on reproche souvent aux conservateurs de nos musées nationaux de ne pas assez montrer, et donc valoriser, notre propre scène, lui considère ces accusations « un peu faciles » et ne s’exonère pas de ses responsabilités d’acheteur. Si l’insuffisante reconnaissance des artistes français à l’international est une réalité, le bâtisseur estime que changer la donne passe aussi par « des actions fortes de la part de ceux qui contribuent au rayonnement de la scène nationale ». Autrement dit, les collectionneurs. « Nos artistes ne sont pas moins bons, mais ils sont moins regardés donc moins cotés », poursuit-il. Et il sait de quoi il parle : avec sa Bourse Révélations Emerige lancée en 2014, il a désormais une vision fine de la création française au travers du millier de candidatures examinées à chaque édition. Idem du côté des galeries : « Des bons professionnels, on n’en manque pas ; mais parfois, par confort ou par manque de courage dans la prise de risque, les galeries n’exposent pas assez les artistes français ». « C’est un cercle vicieux », ajoute-t-il. « Aujourd’hui, en dehors des vernissages, il n’y a personne dans les galeries et celles-ci font leur chiffre d’affaires dans les foires : le coût du stand étant élevé, la tentation est grande d’exposer les artistes les plus chers, bien souvent étrangers, pour amortir la dépense », explique Laurent Dumas.
 

Un écosystème fragile

Pour lui, même les institutions publiques sont « tiraillées » entre leur désir de montrer des artistes prometteurs, et la demande de leur tutelle de générer beaucoup d’entrées. Bref, « tout l’écosystème est en danger », s’alarme le patron d’Emerige, qui s’est longuement interrogé sur la façon de réenclencher une dynamique positive, en incitant les musées à poser un regard bienveillant sur cette scène négligée et les collectionneurs à s’intéresser à celle-ci. Et d’appuyer son argumentation sur les exemples européens probants : en Allemagne après-guerre, les musées ont acheté et soutenu massivement des artistes nationaux dont certains sont devenus des monstres sacrés, comme Baselitz, Richter, Kieffer, suscitant l’intérêt des collectionneurs locaux et captant l’attention des conservateurs internationaux ; idem en Angleterre à travers l’initiative privée du publicitaire Saatchi qui a fait émerger les Young British Artists, relayée par les acheteurs et les bonnes galeries ; en Italie enfin, amateurs, conservateurs, critiques, marchands, sont très attachés aux artistes nationaux, faisant grimper les cotes à travers des ventes aux enchères spécialisées.

« En France, nous n’avons pas suffisamment accompagné nos artistes, alors que la création y a été d’une richesse inouïe depuis 1945. Et, à partir de la génération des années 1970, la peinture a été sacrifiée au profit de l’art conceptuel, ce qui n’a rien arrangé » déplore encore Laurent Dumas.

À ses yeux, des artistes comme Françoise Pétrovitch, Fabrice Hyber ou Gérard Garouste, devraient avoir une reconnaissance bien supérieure, et cela est d’autant plus préjudiciable que l’achat d’art est devenu de plus en plus spéculatif. « Dans les foires, je vois trop de visiteurs s’interroger sur la valeur d’une œuvre plus que sur l’émotion suscitée », regrette celui qui est membre fondateur du Tokyo Art Club pour sensibiliser ses pairs. Pour les seuls immeubles qu’il a réalisé pour le compte du groupe Emerige, il a passé commande de quarante-cinq œuvres dont seulement cinq auprès d’artistes ne vivant pas sur le territoire national.

 

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°706 du 1 novembre 2017, avec le titre suivant : Laurent Dumas porte-drapeau de la scène française

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque