Dimanche 19 janvier 2020

Art contemporain

Laure Prouvost investit le métro londonien

Par Antonin Gratien · lejournaldesarts.fr

Le 26 juin 2019 - 463 mots

LONDRES / ROYAUME-UNI

L’artiste française a disposé des installations sur le thème du Brexit et de la poésie dans les stations de la capitale.

Laure Prouvost © Photo Gene Pittman, courtesy Walker Art Center, Minneapolis
Laure Prouvost, plasticienne
Photo Photo Gene Pittman
Courtesy Walker Art Center, Minneapolis

Des formules comico-lyriques de Laure Prouvost ornent actuellement les 270 stations du métro londonien. Ce dispositif est la première commande dans l’espace publique de l’artiste récompensée par le Turner Prize 2013, et représentant la France à la 58e Biennale de Venise. Il a été inauguré le 20 juin et demeurera visible jusqu’au 15 décembre 2019.

Intitulée « You are deeper than you think », cette carte blanche est organisée par Art on the Underground, un organisme fondé par le réseau de transport de Londres en 2000. Pour l’occasion, Laure Prouvost a fait imprimer 6 millions de nouvelles éditions du plan du Tube sur lesquelles on peut désormais lire « Dans le rêve de ma grand-mère, cette carte resterait sans cesse auprès de toi, et résisterait au passage du temps », en référence à une aïeule fictive fréquemment invoquée dans ses travaux.

Métro Londres © Photo Seanfoneill
Métro londonien, station Clapham South, 2013.
© Photo Seanfoneill

L’artiste française a également affiché des tournures poétiques inédites sur certains espaces publicitaires des stations sous-terraines. Dans ces lieux symboliques du stress du quotidien, des phrases telles que « Idéalement ces mots mettraient tout en pause » invitent à la contemplation.

Certaines de ces expressions ont été peintes à la main, d’autres sont présentées sous forme de posters ou de courtes vidéos. Toutes mélangent la typographie habituelle de l’artiste et celle de Johnston, en hommage à la police de caractère habituellement utilisée dans les transports londoniens.

Par-delà l’onirisme, « You are deeper than you think », se veut aussi en prise avec l’actualité du Brexit. « Nous avons un thème annuel, sur lequel nous invitons des artistes à intervenir dans les stations. Cette année, c’est “ être au bord d’un grand changement ” », a indiqué Kiera Blakey, la commissaire d’Art on the Underground, selon un propos rapporté par le journal Le Monde.

« Lorsqu’ils m’ont invitée, j’ai voulu prendre position et parler à la manière d’une étrangère. Je ne peux simplement pas imaginer que nous ne soyons plus ensemble. L’Europe est si jeune […] c’est une honte de ne pas essayer de faire en sorte que ça marche », a déclaré Laure Prouvost, née à Croix en 1978 et dont la vie est actuellement partagée entre Anvers et Londres, où elle a passé la majorité de sa formation artistique.

Durant l’inauguration de la carte blanche, une poignée de choristes entonnaient, près de la station Startford, une chanson faisant écho aux relations troublées entre l’Europe et le Royaune-Uni. Certaines des formules affichées par Laure Prouvost évoquent, elles aussi, le « divorce » en cours entre ce pays et l’UE.

 « Oh, reste avec nous, la fête vient de commencer » peut-on par exemple lire sur l’une des affiches du hall de la station Heathrow. « C’est un moyen de faire passer avec tendresse une idée forte », a expliqué Laure Prouvost.

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque