Mercredi 11 décembre 2019

Biennale

BIENNALE D’ART CONTEMPORAIN

La 8e biennale de Moscou est confiée au metteur en scène Dmitri Tcherniakov

MOSCOU / RUSSIE

Peu soutenue par les pouvoirs publics, la manifestation programmée à l’automne espère se relancer. Sa programmation est cependant encore floue.

Moscou. Un metteur en scène et deux architectes assureront la direction artistique de la 8e Biennale de Moscou, qui se tiendra du 28 octobre 2019 au 22 octobre 2020 dans le bâtiment de la nouvelle Tretiakov. Julia Muzykantskaya, directrice de la Biennale de Moscou pour la seconde édition consécutive, a dévoilé le nom du commissaire d’exposition. Il s’agit de Dmitri Tcherniakov, bien connu en France pour ses mises en scène d’opéra radicales au festival d’Aix-en-Provence (Don Giovanni, Carmen) et à l’Opéra Bastille (Macbeth).

Dmitri Tcherniakov, 49 ans, a exprimé son talent de metteur en scène dans les plus grands théâtres lyriques mondiaux, mais il apparaît comme un novice dans l’art contemporain. Il sera secondé par les architectes Sergeï Choban et Agnia Sterligova, qui seront responsables de la conception spatiale et assisteront le commissaire dans l’élaboration du concept de l’exposition. Ces deux-là forment une paire bien connue pour la scénographie de nombreuses expositions, de Moscou à Rome, en passant par la Biennale d’architecture de Venise.

Les commissaires ont seulement indiqué que l’exposition devrait « refléter les tendances multiples exprimées » dans l’art russe et étranger et qu’il s’agirait d’une « expérience spatiale ». Ni le thème de la biennale ni le nom des artistes participants n’ont été révélés par la directrice de la biennale lors de la conférence de presse. On connaît uniquement le nom de la tête d’affiche : l’actionniste autrichien Hermann Nitsch (né en 1938) – Julia Muzykantskaya espère qu’il réalisera une performance pour l’ouverture de la manifestation. Cette performance que l’on imagine sanguinolente permettrait de donner un peu de dynamisme à une Biennale de Moscou plutôt décriée depuis ses deux dernières éditions. Deux artistes russes, Alexander Brodsky (né en 1955 et connu comme l’un des « architectes de papier ») et Pavel Otdelnov (né en 1979, qui peint des paysages industriels), auront chacun droit à un projet parallèle, financé par le milliardaire russo-américain Leonard Blavatnik.

Une manifestation sur le déclin et peu connue à l’international

La 8e Biennale bénéficiera d’un partenariat avec le Musée Albertina de Vienne, dont la conservatrice Elsy Lahner est une spécialiste de l’art contemporain russe. Son regard extérieur est ici sollicité pour la sélection des artistes.

Devenue parraine de la Biennale de Moscou depuis 2017, la directrice de la Galerie Tretiakov, Zelfira Tregoulova, souhaite que l’événement s’inscrive dans la durée, en dépit des résistances. « Pour moi comme pour tous mes collègues engagés dans l’art contemporain, il est très important que la Biennale de Moscou se poursuive. Surtout maintenant. Nous avons tous assisté à la Biennale de Venise et nous avons remarqué que pas un seul artiste russe ne figure dans l’Exposition internationale. C’est la première fois que je vois cela depuis que je viens à la Biennale », a-t-elle regretté.

Le déclin de la Biennale de Moscou, et plus largement de sa visibilité internationale, n’est pas sans rapport avec la réticence du gouvernement russe à lui apporter des financements. Le ministère de la Culture a coupé ses subsides lors des deux précédentes éditions. La seule véritable aide publique consiste à offrir des lieux aux organisateurs. Cette année, la Biennale se déroulera dans l’ancienne « Maison des artistes » récupérée en début d’année par la Galerie Tretiakov.

 

 

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°525 du 7 juin 2019, avec le titre suivant : La 8e biennale de Moscou est confiée au metteur en scène Dmitri Tcherniakov

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque