Dimanche 20 septembre 2020

Art contemporain

Jouer de la commande artistique

Par Anne-Cécile Sanchez · L'ŒIL

Le 31 août 2020 - 297 mots

Roland-garros -  On a toujours l’impression, devant un tableau de Pierre Seinturier, qu’il va ou vient de se passer quelque chose, entre tension dramatique et gag en suspens.

L’image que le peintre a conçue, à la demande de la Fédération française de tennis, pour le tournoi de Roland-Garros n’échappe pas à cette règle dramatique. Cadrées par une végétation sombre et luxuriante comme par un rideau de scène, deux silhouettes sur fond de terre battue orangée s’emploient à arroser et balayer le court entre deux matchs. En signant (après Adami, Arroyo, Hervé Di Rosa, Marc Desgrandchamps…) la 41e affiche du Grand Chelem français, l’artiste s’est en effet intéressé aux coulisses des matchs, à cet entre-deux trivial qui précède et suit le spectacle. La flore tropicale au premier plan est celle, libérée, des serres botaniques d’Auteuil entourant le tout nouveau court Simonne-Mathieu. Les tribunes vides évoquent quant à elles de façon étrangement prémonitoire la période post-confinement où de nombreux événements sportifs se sont tenus à huis clos. « J’essaie toujours de faire des images très lisibles », explique pour sa part Pierre Seinturier, qui, afin de mieux servir son sujet, s’est même mis au tennis. Révélé en 2013 par le prix du jury du Salon de Montrouge et représenté depuis par la Galerie Georges-Philippe & Nathalie Vallois, ce dessinateur ambidextre est pour l’instant un joueur droitier sans espoir de classement. Mais cette affiche contribuera sans doute à sa notoriété artistique, en plein essor. Cet été, Pierre Seinturier a ainsi achevé une fresque de 7 m de long pour le hall d’entrée d’un bâtiment, à Gentilly, dans le cadre de l’opération « un immeuble, une œuvre ». Fan de cinéma, passé des films enregistrés sur magnétoscope aux fichiers vidéo regardés en streaming, ce trentenaire sait bien que les supports peuvent varier, mais que l’œuvre reste.

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°736 du 1 septembre 2020, avec le titre suivant : Jouer de la commande artistique

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque