Jeudi 24 septembre 2020

Art contemporain

FNAG : diffuser l’art auprès du plus large public

Par Anne-Cécile Sanchez · L'ŒIL

Le 28 septembre 2016 - 661 mots

PARIS

Parmi ses missions, la FNAGP facilite la diffusion des œuvres à travers les partenariats et les expositions qu’elle organise dans son propre centre d’art, la Maison d’Art Bernard Anthonioz (MABA), près de Paris.

La diffusion de la création contemporaine  est au cœur de la vocation de la FNAGP qui ne procède pas par l’achat d’œuvres, mais choisit plutôt d’intervenir sur le contexte dans lequel les artistes présentent leur travail. Elle dispose pour mener à bien cette mission d’un lieu d’exposition, la Maison d’Art Bernard Anthonioz, qu’elle a créé en 2006 dans l’une des deux bâtisses de Nogent-sur-Marne léguées à l’État par les sœurs Jeanne et Madeleine Smith. Articulée autour de trois axes (le graphisme, la photographie et l’art contemporain), la programmation de la MABA compte quatre expositions annuelles. 2015 offrit ainsi de découvrir la première exposition personnelle en France de Bethan Huws (film, sculptures, dessins, installations, croquis et notes) depuis son exposition au CIAP en 2011, mais aussi de mettre à l’honneur le parcours du photographe Éric Rondepierre, comme celui du duo de plasticiens Bastien Aubry et Dimitri Broquard, au carrefour de l’artisanat, du design, du graphisme et des arts plastiques. Acteur culturel local important, la MABA, membre du Réseau Tram, s’attache autant à défendre la dimension expérimentale de projets artistiques spécifiques, dont beaucoup sont produits pour l’occasion, qu’à rendre accessibles ses contenus grâce à un important travail de médiation mené auprès du public, des enseignants et des scolaires – chaque année, la Maison ouvre ses portes à plus de trois mille élèves. Soulignons que la création graphique trouve là l'un de ses rares espaces de monstration en Île-de-France.

Un lien privilégié avec d’autres centres d’art
L’engagement de la FNAGP pour la création prend également la forme de différents partenariats ; en choisissant d’apporter son soutien à la Villa Vassilieff par fidélité à la peintre et sculptrice Marie Vassilieff, qui fut la première artiste femme à entrer à la maison de retraite des artistes de Nogent – elle a souhaité accompagner quatre résidences d’artistes-chercheurs de ce nouvel établissement culturel de la Ville de Paris. Ces derniers sont invités à se plonger dans le fonds de la bibliothèque Smith-Lesouëf, constitué grâce au legs des sœurs Smith et complété d’archives d’artistes – un lieu de mémoire d’une grande richesse. Ces résidences documentées font écho à certaines des œuvres produites dans le cadre des expositions d’art contemporain de la MABA, inspirées par un environnement patrimonial à forte consonance historique, comme Xavier Antin rapprochant le bâtiment de la MABA de Kelmscott Manor, la villégiature de William Morris, pour mieux questionner l’héritage Arts & Crafts au XXIe siècle.

Si elle ne l’héberge plus depuis 2005, la FNAGP a également maintenu des liens avec le Centre National de la Photographie désormais installé au Jeu de paume. En finançant la programmation Satellite, elle accueille aussi lors de chaque édition l’un de ses quatre modules, présenté à la Maison d’Art Bernard Anthonioz en plus de ses expositions dédiées à des photographes reconnus. La fondation, enfin, a aidé au lancement du Crédakino, l’espace de projection réservé aux films et vidéos de plasticiens, ouvert au sein du Crédac à Ivry-sur-Seine. Il diffuse ainsi certaines des œuvres vidéo soutenues dans le cadre de la commission mécénat de la FNAGP – comme récemment les films Rodtchenko à Paris de Michel Aubry et Climate Control and the Summer of Love d’Olivier Dollinger.

Et bientôt avec les écoles d’art
Une première convention de partenariat est conclue, en 2016 et pour deux années, avec l’École Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles, une nouvelle démarche de soutien aux écoles d’art que la FNAGP entend mener dans sa volonté d’être là aux moments stratégiques de la carrière d’un créateur. Cet accord va permettre d’accompagner un doctorant en création photographique jusqu’à sa thèse, un photographe récemment diplômé dans le cadre d’une résidence à Nogent et un jeune commissaire d’exposition à qui il sera demandé de concevoir une exposition présentée lors des Rencontres d’Arles en 2018, puis à la MABA.

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°694 du 1 octobre 2016, avec le titre suivant : Diffuser l’art auprès du plus large public

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque