Vendredi 13 décembre 2019

Politique

Danila Tkachenko sous la menace de poursuites judiciaires pour ses photos de maisons abandonnées incendiées

Par Emmanuel Grynszpan, correspondant à Moscou · lejournaldesarts.fr

Le 6 décembre 2017 - 547 mots

MOSCOU (RUSSIE) [06.12.17] - World Press Photo 2014, le photographe russe Danila Tkachenko est la cible des conservateurs qui lui reprochent sa dernière série de clichés qui veulent attirer l’attention sur la désertification rurale.

La prison guette à nouveau un artiste russe. À l’instar de l’actionniste Piotr Pavlensky, le feu y joue un rôle. Mais les bicoques incendiées du photographe Danila Tkachenko (28 ans) n’ont pas la même charge politique que le siège du FSB ou de la Banque de France. Lauréat en 2014 du World Press Photo, Tkachenko voulait attirer l’attention sur l’abandon et le dépeuplement d’immenses zones rurales avec ses projets Rodina (Patrie) et Monuments.

Mais la « destruction créatrice » trouve, comme en économie, face à elle de farouches adversaires.

Une association de défense de l’héritage culturel russe n’a pas du tout apprécié la démarche et a saisi lundi le ministère de la culture ainsi que le parquet général russe pour punir le « vandale ». Selon la directrice du fonds de préservation de Krokhino (Nord est de la Russie) Anor Toukaïeva, la démarche de Tkachenko constitue « un précédent ». « Un homme a endommagé notre héritage culturel sous le prétexte de l’art », s’indigne-t-elle.

Les photographies représentent des maisons de bois abandonnées et en ruine. Selon Danila Tkachenko photographe, qui dit avoir passé beaucoup de temps dans le hameau abandonné, les maisons n’appartiennent à personne, leur toit s’est effondré depuis longtemps et elles sont irréparables. La désertification des zones rurales russes est effectivement un phénomène de grande ampleur. On estime à 23 000 le nombre de villages et hameaux abandonnées au cours des deux dernières décennies.

Mais des juristes interrogés par le journal en ligne gazeta.ru estiment que la responsabilité pénale de l’artiste pourrait être engagée, et qu’il risque une peine de prison allant de 2 à 5 ans de prison sous trois articles du code pénal russe : les articles 243 (destruction d’un bien culturel), 282 (incitation à la haine ou humiliation d’un groupe social) et 167 (destruction préméditée de bien d’autrui).

Le photographe moscovite devrait d’abord être soumis à une enquête menée par le ministère de la culture et Rosimouchestvo (l’agence gérant le patrimoine fédéral russe). Toute propriété abandonnée se trouve de jure la propriété de Rosimouchestvo. Si les deux institutions portent plainte (le fonds de préservation de Krokhino ne peut se porter partie civile), l’affaire sera confiée au parquet général.

Danila Tkachenko est l’un des photographes russes les plus en vue en ce moment. Sa série sur les ermites lui a déjà valu un prix World Press Photo en 2014. Il a véritablement percé l’année dernière avec « zones interdites » une impressionnante série de clichés de monstres militaires soviétiques abandonnés dans la blancheur immaculée septentrionale. Un triptyque de cette série s’est d’ailleurs vendu pour 75 000 livres sterling lors d’enchères chez Phillips à Londres le mois dernier.

Son goût des ruines du passé soviétique et des profondeurs cachées du continent eurasiatiques n’est pas sans rappeler la passion pré-romantique de Nicolas Poussin pour les ruines antiques. Tkachenko a-t-il dérapé sur la licence poétique en incendiant des vestiges du passé ? Où bien a-t-il eu le malheur d’attirer l’attention sur un problème social épineux, et réveillé au passage les indignés professionnels s’acharnant sur l’art contemporain russe depuis une décennie ?

Légendes photos

Danila Tkachenko
- Ritual 6, série « Motherland project »
- Avion-amphibie avec décollage vertical VVA14, 2013, série « Restricted Areas » (zones interdites). L'URSS n'a construit que deux avions de ce type en 1976, dont l'un s'est écrasé pendant le transport. Russie, région de Moscou.
© photos Danila Tkachenko

Thématiques

Tous les articles dans Création

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque