Samedi 14 décembre 2019

Christie’s retire de sa vente un planisphère de Waldseemüller de 1507 doutant de son authenticité

Par Alexia Lanta Maestrati · lejournaldesarts.fr

Le 15 décembre 2017 - 397 mots

LONDRES (ROYAUME-UNI) [15.12.17] - Souvent associé à « l’acte de naissance de l’Amérique », le planisphère de Waldseemüller, était le lot phare de la vente Livres et Manuscrits programmé par Christie’s Londres le mercredi 13 décembre. La maison de ventes l’a retiré à quelques jours de sa vacation car plusieurs spécialistes doutent de son authenticité.

Alors que Christie's, espérait atteindre un million de livre sterling pour un planisphère du cartographe Martin Waldseemüller, la maison londonienne a du retirer le lot de la vente, plusieurs doutes planent quant à son authenticité.

Seulement quatre exemplaires du planisphère Waldseemüller sont connus. En 2005, Christie’s avait vendu un exemplaire de la carte, à un acquéreur anonyme pour un prix record de 545 600 livres sterling. Les trois autres exemplaires sont conservés dans des bibliothèques: celle du Congrès, à Washington, celle de l’Université du Minnesota à Minneapolis, et celle de la Bavarian State à Munich.

Le planisphère de Waldseemüller, composé d’une feuille découpée en douze panneaux oblongs, est le plus ancien document imprimé et complet du monde. Le cartographe allemand, Martin Waldseemüller (1470-1520), en collaboration avec un groupe de savants connu sous le nom de Gymnase Vosgien, a élaboré la carte souvent considérée comme “l’acte de naissance de l’Amérique”. Il est le premier à représenter le nouveau continent de l’époque et à utiliser ce nom : l’Amérique. De surcroît, la carte sépare pour la première fois l’Amérique du sud et nord. Waldseemüller, a nommé l'Amérique en hommage à l’explorateur italien Amerigo Vespucci, le premier à affirmer que les terres découvertes par Christophe Colomb en 1492 était un nouveau continent.

La rareté du planisphère, a conduit un panel d’experts à s’intéresser à cette affaire, et pour eux l'authenticité est remise en question pour plusieurs raisons. La provenance pour un tel objet semble peu fournie. Le vendeur, qui souhaite rester anonyme, serait un descendant du restaurateur de papier britannique Arthur Bruno Drescher, la carte proviendrait de la succession de ce dernier. Des irrégularités dans l’impression suggèrent l’utilisation d’un procédé de reproduction photomécanique. En outre, la carte présente une fine ligne blanche, cette même trace est présente sur la carte conservée à la bibliothèque de James Ford Bell dans l’université de Minnesota à Minneapolis. Pour cette dernière la trace correspondrait à une restauration, en effet du papier aurait été rajouté pour réparer un accroc, or, un original n’aurait pas le réplicat de la trace de cette restauration.

Légende photo

Un planisphère de Martin Waldseemüller (1470–1520) - 1507 | © Photo Jackaranga - 2008 - Photo sous Licence Domaine public CC0 1.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque