Christie’s poursuivi pour négligence dans la vente d’un tableau présumé de Léonard de Vinci

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 7 mai 2010

NEW YORK (ETATS-UNIS) [07.05.10] – L’ancienne propriétaire d’un tableau qui s’avère être de la main de Léonard de Vinci porte plainte contre la maison de vente aux enchères Christie’s pour négligence et réclame des indemnités.

La propriétaire initiale – Jeanne Marchig, présidente d’une fondation britannique pour la protection des animaux – accuse la maison de vente Christie’s de négligence et d’erreur pour avoir vendu comme une œuvre du XIXe siècle allemand un portrait qui s’avère très probablement être de la main de Léonard de Vinci.

Le tableau catalogué sous le titre « Jeune fille de profil en robe de la Renaissance, Allemagne, XIXe siècle » et estimé entre 12 et 16 000 dollars a été adjugé chez Christie’s en 1998 pour un montant de 19 000 dollars – environ 15 000 euros. En 2007, un collectionneur canadien en fait l’acquisition pour 13 500 euros et après l’avoir présenté au Dr Nicholas Turner, alors conservateur au département des estampes et dessins du British Museum de Londres décide de le soumettre à une étude scientifique pour en déterminer l’auteur.

Des examens scientifiques poussés de la surface picturale du tableau ont été menés par un laboratoire parisien qui a constaté que l’empreinte digitale présente sur le tableau correspondait avec celle retrouvée sur une autre œuvre de Léonard de Vinci, le « Saint-Jérôme » conservé au Vatican. Des tests au carbone 14 le date entre 1440 et 1650. Martin Kemp, professeur émérite d’histoire de l’art à l’Université d’Oxford et un des plus grands spécialistes de l’œuvre du maître florentin ainsi que d’autres historiens et experts ont soutenu cette thèse. Kemp avait annoncé qu’il pourrait s’agir d’un portrait de Bianca Sforza, la fille de Ludovico Sforza, duc de Milan avec une de ses maîtresses, Bernardina de Corradis.

D’après The Guardian, Jeanne Marchig a déposé plainte auprès de la Cour fédérale de Manhattan et accuse Christie’s de ne pas avoir mené toutes les vérifications nécessaires pour déterminer de façon certaine l’attribution de l’œuvre. Une négligence qui a conduit à la vente du tableau bien en deçà de sa valeur réelle.

Elle demande à la maison de vente des dommages et intérêts dont le montant n’a pas encore été précisé. Mais d’après le journal qui a eu accès à des documents du dossier, il s’agirait d’un montant relativement important si l’on considère la valeur actuelle du tableau à savoir plus de 150 millions de dollars (environ 118 millions d’euros).

Un porte-parole de Christie’s a déclaré que l’auctioneer ne cautionnait pas les allégations de la plaignante s’appuyant sur les débats qui existent encore autour de l’attribution à Léonard de Vinci, certains experts ne corroborant pas la thèse de Kemp.

Légende photo

La Jeune fille de profil en robe de la Renaissance, Allemagne, XIXe siècle a été renommée depuis cette découverte La Bella Principessa (La belle Princesse) - 24 Á— 33 cm - Portrait présumé de Bianca Sforza attribué à Léonard de Vinci.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque