Samedi 16 novembre 2019

Céramique, la reconnaissance s’installe enfin

Par Anne-Cécile Sanchez · L'ŒIL

Le 22 novembre 2017 - 784 mots

Portée par des artistes qui ont su renouveler leur art, et par de récentes et importantes expos, la céramique bénéficie d'un nouveau souffle sur le marché.

Collection  - Depuis le 3 octobre 2017, l’objet le plus cher du monde est une céramique : un bol très rare de la dynastie Song, vieux de 900 ans, vendu par Sotheby’s Hong Kong pour 32 millions d’euros. Bien sûr, cette pièce chargée d’histoire et préservée au fil du temps demeure hors catégorie. Mais avec cette enchère mirobolante, le marché de la céramique s’offre un record qui fait date. Si la présence de la création contemporaine en salles de ventes est pour sa part encore timide, quelques œuvres (signées Kenneth Price, Rosemarie Trockel ou Magdalene Odundo) atteignent cependant des prix élevés (en 2014, un Pink Egg de Kenneth Price était adjugé pour 509 000 dollars chez Philip’s). Assimilé dans les années 1970 et 1980 à un artisanat, cet art du feu bénéficie depuis une vingtaine d’années du regain d’intérêt d’une nouvelle génération d’artistes, de marchands et de collectionneurs. Les institutions ont également beaucoup fait pour son renouvellement : en Allemagne, la manufacture de Nymphenburg, en invitant des créateurs comme Hella Jongerius, a dépoussiéré le concept de belle vaisselle en porcelaine. À Paris, la Manufacture de Sèvres œuvre à la fois pour la conservation et la transmission des savoir-faire, mais également pour la promotion de la céramique contemporaine, à travers des expositions (à l’instar de « L’expérience de la couleur ») et des cartes blanches à des créateurs et à des artistes (Barthélémy Toguo, Lee Ufan, etc.) qui justifient sa présence à la Brafa, au PAD de Londres et à la Fiac.

Alors que de nombreux plasticiens reconnus se distinguent dans la pratique de la céramique (Johan Creten, Klara Kristalova, Elsa Sahal, Thomas Schütte…), on observe même un effet de mode sur les foires et les biennales. « On voit des artistes s’approprier le médium, comme un enfant s’amuse avec de la pâte à modeler », déplore un galeriste spécialisé. D’autres contribuent à lui donner ses lettres de noblesse : Giuseppe Penone, auquel le Louvre Abou Dhabi a passé commande pour les espaces communs du musée, a choisi la Manufacture de Sèvres, avec laquelle il avait déjà collaboré, pour réaliser une nouvelle Propagation, panneau mural de 4 x 3 m en biscuit encré de cercles concentriques. Une œuvre d’une délicatesse monumentale.

7 000 €
 
4_URSULA MORLEY-PRICE Née à Londres (1936), Ursula Morley-Price vit et travaille en France depuis les années 1970. Représentée par la Galerie de l’Ancienne Poste, elle expose régulièrement à New York (McKenzie Fine Art Gallery en novembre 2017). « C’est l’une des rares céramistes de sa génération à avoir acquis très tôt une dimension internationale, explique Isabelle Brunelin, sa galeriste française. Ses œuvres sont présentes dans les grands musées d’art moderne et contemporain (MoMA et Metropolitan Museum à New York, Los Angeles County Museum, Hamburg Museum, MAM de Troyes…). » L’harmonie de leurs volumes, leur apparente fragilité caractérisent ses sculptures poétiques.
Galerie de l’Ancienne Poste
Entre 15 000 et 30 000 €
 
1_LIONEL ESTÈVE Avant, « seuls les riches pouvaient se regarder dans un miroir et les plus riches encore s’admirer en peinture […]. Tous les autres devaient se contenter de leur reflet à la surface de l’eau. » Entre fantasme d’une surface miroitante aquatique et constat de l’omniprésence de notre propre image, le plasticien Lionel Estève a saisi sa carte blanche à Sèvres comme une occasion de donner forme à une idée, en jouant avec l’art du feu. Quatre ans de recherche et de mise au point avec les équipes de la Manufacture ont été nécessaires pour une série aussi sensible que techniquement stupéfiante.
Série réalisée à la Manufacture de Sèvres
600 000 €
 
3_THOMAS SCHÜTTE C’est à la fin des années 1980 que la céramique a pris une part de plus en plus importante dans le travail de Thomas Schütte. Vu lors de la dernière édition de Frieze, à Londres, cet ensemble fait écho à celui qu’il avait présenté en 1992 à la « Documenta IX », intitulé Die Fremden (Les Étrangers) composé de plusieurs personnages en forme de vases, avec des vases.
Galerie carlier|gebauer
5 500 €
 
2_TAKURO KUWATA Couleurs saturées, matière semblant exsuder des perles de métal doré et argenté, référence explicite à une forme traditionnelle : ce Tea Bowl est emblématique du travail de ce jeune Japonais (né en 1981) qui rencontre un vif succès commercial. Takuro Kuwata, qui a fait ses classes auprès d’un maître traditionnel, combine en effet la connaissance savante au goût des limites, qu’elles soient techniques ou esthétiques. « Ses œuvres sur le fil du rasoir ont la capacité de dialoguer aussi bien avec des objets classiques qu’avec des pièces d’art contemporain », selon son galeriste Pierre Marie Giraud.
Galerie Pierre Marie Giraud

« L’expérience de la couleur »,
jusqu’au 2 avril 2018. Cité de la céramique, 2, place de la Manufacture, Sèvres (92). Ouverture tous les jours de 10 h à 17 h, sauf le mardi, le 25 décembre et le 1er janvier. Tarifs : 6 et 8 €. Commissaires : Christine Germain-Donnat, Frédéric Bodet et Olivier Dargaud. www.sevres citeceramique.fr

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°707 du 1 décembre 2017, avec le titre suivant : Céramique, la reconnaissance s’installe enfin

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque