Ecole d'art

Rémy Fenzy renonce à la direction de l’Ensci 

Par Christine Coste · lejournaldesarts.fr

Le 22 novembre 2019 - 491 mots

PARIS

Les étudiants et le personnel de l’école menaient depuis quelques jours une fronde contre sa nomination.

Rémy Fenzy © Ecole Nationale Supérieure de la Photographie Arles
Rémy Fenzy.
© Ecole Nationale Supérieure de la Photographie Arles

Un arrêté du 13 novembre dernier du ministère de la Culture et du ministère de l’Économie et des Finances nommait Rémy Fenzy à la direction de l’École nationale supérieure de création industrielle (Ensci). Pourtant l’arrêté n’était toujours pas publié au Journal Officiel, marquant l’embarras de la rue de Valois et de Bercy face à la montée grandissante du mécontentement des étudiants et du personnel de l’Ensci – Les Ateliers. Ces derniers s’opposent à la désignation de l’ancien directeur de l’École nationale de Photographie d’Arles pour succéder à Yann Fabès démissionnaire du poste en février 2019.  

Des trois candidats en lice pour diriger l’Ensci – Les Ateliers, Rémy Fenzy est celui qui a en effet obtenu le moins de voix lors du vote du conseil d’administration de l’école du 3 juillet dernier : 4 contre 11 voix pour Jeanne Gailhoustet, directrice de l’École nationale supérieure d’Art de Limoges-Aubusson et 7 pour Emmanuel Mahé, directeur de recherche à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs. 

Un vote purement consultatif dont les tutelles n’ont pas tenu compte pour trouver un poste à l’ancien directeur de l’École nationale supérieure de la photographie d’Arles dont le mandat était venu à échéance en juin 2019.  Cela a mis le feu aux poudres.
 
Le blocage de l’école et les manifestations régulières depuis devant la direction générale de la création artistique (DGCA) se sont poursuivis lundi par l’occupation des locaux de la DGCA et une réunion en fin d’après-midi mettant pour la première fois autour de la table étudiants et personnel de l’Ensci et des membres de la DGCA et du cabinet de Franck Riester. On ne comptait aucun représentant de Bercy qui depuis le début se montre très en retrait sur ce dossier. 

La tension n’a pas diminué. Quand mercredi 20 novembre au matin Rémy Fenzy s’est présenté pour la première fois devant l’entrée de l’école, étudiants et personnel lui ont demandé de revenir l’après-midi et de répondre à leurs questions. « Rémy Fenzy s’est prêté au jeu des questions réponses. Aucune animosité ne s’est dégagée des deux côtés », dit-on à l’Ensci. Les réponses de Rémy Fenzy n’ont cependant pas convaincu les étudiants.

Le soir même le secrétaire général de l’école appelait Rémy Fenzy pour le lui dire. Le même jour l’école annonçait le report de l’inauguration de l’exposition « Terre et Verre » programmée pour le 21 novembre. 

Face à cette situation, Rémy Fenzy a annoncé jeudi 21 novembre au ministère et à l’école qu’il renonçait à cette nomination. 

La balle revient dans le camp des tutelles. Vont-elles se conformer au vote du conseil d’administration du 3 juillet dernier ? Jeanne Gailhoustet ayant entre-temps été reconduite pour trois ans à la tête de l’École nationale supérieure d’art de Limoges-Aubusson, il ne reste plus qu’Emmanuel Mahé pour prétendre au poste. À moins qu’une nouvelle procédure de recrutement soit lancée.
 

Thématiques

Tous les articles dans Campus

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque