Bruno Maquart quitte la direction de l’agence France-Muséum sans que son remplacement ne soit prévu

Par Roxana Azimi · lejournaldesarts.fr

Le 25 juin 2010

PARIS [25.06.2010]- Le départ de Bruno Maquart de l’agence France-Muséum, révèle des tensions entre le Président du Louvre et certains de ses collaborateurs. De surcroît, le directeur de l’agence qui gère Le Louvre Abou Dhabi ne sera pas remplacé.

Coup de théâtre, après trois ans d’activités, le directeur de l’agence France-Muséums, Bruno Maquart a décidé de ne pas renouveler son contrat. Quittant ses fonctions le 21 juin, il a préféré regagner son corps d’origine, l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS). Bruno Mauqart n’a pas souhaité commenter cette information. Son départ pourrait-il remettre en question le planning du Louvre Abou Dhabi alors que celui-ci avait joué un rôle important de coordination et de maître d’ouvrage, notamment dans l’harmonisation entre les différents établissements prêteurs comme le Musée d’Orsay ou le Centre Pompidou ? « Non, affirme Marc Ladreit de Lacharrière, président de France-Muséums. Nous sommes à la fin du stade de conception du musée et nous arrivons dans la réalisation. Ce départ n’intervient pas à un moment critique. Tout avance selon le planning annoncé, avec une ouverture programmée pour septembre 2013. » Pour Henri Loyrette, patron du Louvre, « ce départ obéit à un processus tout à fait normal. C’était plus ou moins prévisible qu’il arrête au bout de trois ans. L’équipe scientifique menée par Laurence des Cars prend le relai ».

Il est vraisemblable que le poste de Bruno Maquart ne soit pas pourvu. L’agence vient d’ailleurs d’engager Laurent Gillard, ancien conseiller culturel en poste à l’ambassade de France en Syrie, comme représentant permanent de France-Muséum à Abou Dhabi dès la rentrée prochaine. D’après Henri Loyrette, la fonction de directeur ne serait plus indispensable. « Comme les structures sont bien établies et les liaisons entre les différents départements suffisamment huilées, il ne sera peut-être pas nécessaire d’avoir un directeur. Mais ma religion en la matière n’est pas encore établie », module pour sa part Marc Ladreit de Lacharrière.

Le départ de Bruno Maquart est la conséquence d’une tension grandissante entre lui et Henri Loyrette. La forte personnalité de ce dernier n’est pas sans poser quelques problèmes puisqu’en un an, deux autres de ses collaborateurs ont rendu leur tablier. En juin 2009, Olivier Meslay, ancien responsable scientifique du Louvre-Lens est parti pour le Dallas Museum of Art. En octobre dernier, c’était au tour de Didier Selles, ancien administrateur du Louvre et cheville ouvrière du projet d’Abou Dhabi, de claquer la porte pour rejoindre son corps d’origine, la Cour des Comptes. « Loyrette est devenu un solo leader qui veut tout contrôler dans le détail, est absent la plupart du temps et ne sait pas travailler en équipe. Il se soucie essentiellement de son image et de l’art contemporain au Louvre », confie un familier.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque