Berlusconi change son ministre de la culture

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 25 mars 2011 - 277 mots

ROME (ITALIE) [25.03.11] – Silvio Berlusconi remplace son ministre de la culture, Sandro Bondi, très critiqué par les milieux culturels pour sa gestion du budget et tenu responsable des effondrements de la Maison des Gladiateurs à Pompéi. Son successeur Giancarlo Galan promet des embauches à Pompéi et 150 millions d’euros pour le spectacle vivant.

Le chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi, a nommé Giancarlo Galan ministre de la culture, en remplacement de Sandro Bondi fortement critiqué par les milieux culturels. « Sandro Bondi a confirmé sa démission et nous en sommes sincèrement chagrinés » à déclaré mercredi Gianna Letta, le bras droit du Cavaliere.

La communauté artistique reprochait notamment à M. Bondi la série d’effondrements ayant eu lieu à Pompéi (Maison des Gladiateurs et Maison des Moralistes) et au Colisée, ainsi que les réductions drastiques dans le budget de son ministère. Sandro Bondi avait déjà annoncé sa démission en début de mois, déplorant ne pas être soutenu par sa majorité dans ses demandes d’annulation de certaines coupes budgétaires.

Giancarlo Galan, précédemment ministre de l’agriculture, est l’ancien gouverneur de la région de Vénitie. Pour son nouveau mandat, il bénéficie d’une mesure adoptée en Conseil des ministres, prévoyant d’augmenter le personnel embauché à Pompéi. Il promet aussi l’octroi de 150 millions d’euros supplémentaires par an au secteur du spectacle vivant. Cette annonce a aussitôt apaisé les tensions des acteurs et syndicats du spectacle, qui ont annulé la grève prévue le 25 mars. Gianni Letta indique cependant que cette augmentation sera financée par la hausse de 1 à 2 % du prix de l’essence : « un petit sacrifice que les italiens seront contents de faire » dit-il.
(Avec AFP)

Légende photo

Sandro Bondi - 2008 - Source Wikipedia

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque