Dimanche 17 novembre 2019

Baisse de 35% du prix des œuvres d’art dans le premier quadrimestre 2009 selon le Mei Moses Fine Art Index

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 16 avril 2009 - 390 mots

NEW YORK (ETATS-UNIS) [16.04.09] – L’indice des prix de Fine Art du Mei Moses Index montre une baisse de 35% sur un an. Les victimes de la crise vendent des œuvres à perte. Pour autant la cote des maîtres anciens se maintient mieux que celle des artistes d’après guerre.

La baisse constatée sur les trois premiers mois de 2009 s’élève à 35% par rapport aux prix sur le même type d’œuvres dans les ventes similaires du premier quart de 2008. Cette baisse globale, est accélérée par les victimes de la crise financière ou de la fraude de Bernard Madoff qui se trouvent obligées de revendre leurs œuvres souvent à perte.

Une baisse, comme nous l’apprend Deborah Brewster du Financial Times, qui concerne essentiellement les artistes d’après guerre. Même les œuvres du « pape du pop art », Andy Warhol, dont les prix s’étaient envolés ces dernière années, se vendent moins chères. Pour preuve, une sérigraphie sur Mick Jagger vendue 1,1 millions de dollars au lieu de 1,5 millions en 2006.

A l’inverse, « Le Temple de Jupiter » peint par J.M.W. Turner est parti pour 12,9 millions de dollars. Les maîtres anciens souffrent donc moins de la crise. Il semble que les valeurs sûres, les œuvres qui ont marqué l’histoire de l’art, aient toujours la cote.

L’indice Mei Moses a été créé par deux économistes de la New York University, Michael Moses et Jianping Mei. Il s’appuie sur une base de données remontant à 1875 de peintures américaines, de maîtres anciens ou d’artistes d’après guerre. Les deux économistes publient chaque année un bilan sur l’état du marché de l’art à Londres et à New York et constataient déjà en janvier une première baisse des prix en 2008 après une hausse de 20% en moyenne par an sur la dernière décennie. Michael Moses rappelle qu’en 1991 les prix avaient chuté de 41%, le marché de l’art avait alors enregistré la plus forte baisse de son histoire.

Un certain décalage entre la chute des cours de la bourse et celle des prix du marché de l’art est régulièrement observé. Le Mei Moses Index compare la courbe des prix de l’art à celle du S&P 500 qui suit la cote des 500 plus grandes actions américaines. L’investissement en art reste un placement risqué qui, hormis quelques exceptions, rapporte moins que les placements traditionnels.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque