Aux Etats-Unis, les jeunes amateurs d’art préfèrent Instagram aux musées

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 21 avril 2016 - 469 mots

BOSTON (ETATS-UNIS) [21.04.16] – La plateforme de ventes aux enchères en ligne Invaluable a publié une étude sur les comportements des Américains face à l’art. Elle note un écart des pratiques entre les générations et voit dans le numérique une opportunité d’atteindre un nouveau segment d’acheteurs.

Dans une étude publiée le 13 avril dernier, Invaluable analyse le comportement des Américains face à l’art (achats d’œuvres d’art, goûts et modes de découverte de l’art). L’étude « American Attitudes Toward Art », menée sur un échantillon de 4 534 personnes au cours du mois de mars 2016, montre le rôle croissant du numérique dans le monde de l’art. Au-delà des statistiques, elle montre comment les comportements et préférences des consommateurs d’aujourd’hui vont influencer les comportements de futures générations. Invaluable étant elle-même une plateforme de ventes en ligne, qui référence 4 000 maisons de ventes aux enchères, antiquaires et galeries dans 200 pays – les résultats sont bien entendus à lire avec précautions.

Il ressort de l’étude que, seule près de la moitié (48 %) des interrogés « aime ou apprécie l’art », la catégorie la plus concernée étant celle des Baby Boomers (55 % des personnes issues de la catégorie d’âge « 65 et plus » apprécient l’art), suivie de la génération Y des 25-34 ans. L’art impressionniste est le mouvement artistique qui attire le plus les consommateurs, toutes catégories confondues. 23 % des amateurs américains découvrent l’art à travers les réseaux sociaux contre 21 % à travers les musées et 16 % dans les galeries. Les plus jeunes sont bien entendus les plus friands de réseaux sociaux : 44 % de la catégorie des 18-24 ans et 34 % des 25-34 ans les utilisent, Instagram et Pinterest en tête.

65 % des amateurs disent acheter de l’art « à intervalles de quelques années ». Les Baby Boomers sont les plus concernés (49 %). 37 % « achèteraient » - au conditionnel - en ligne, particulièrement les jeunes de 18-24 ans, dont 1 sur 4 préfère acheter de l’art sur internet. Mais quand on demande aux collectionneurs leurs préférences, ce sont les achats dans les foires (26 %) qui ont le plus de succès, suivis des achats dans les galeries (19 %). Les achats en ligne apparaissent en avant dernière position (15 %), juste avant les maisons de ventes aux enchères (7 %).

Selon le rapport Hiscox 2016, les ventes d’art en ligne s’élevaient à 3,27 milliards de dollars en 2015, contre 2,64 milliards de dollars en 2014, soit une augmentation de 24 % par rapport à l’année précédente. La croissance de ce marché s’essouffle sensiblement puisqu’il avait connu une hausse de 68 % en 2014. Les chiffres du rapport Tefaf de 2016 sont plus élevés : d’après Clare Mc Andrew, les ventes d’art en ligne (incluant les ventes retransmises en live des opérateurs de ventes volontaires traditionnels) ont atteint 4,7 milliards de dollars (soit 7 % de la valeur du marché global) en 2015, contre 3,6 milliards de dollars en 2014.

Légende photo

Logo d'Instagram © Photo Instagram

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque