Dimanche 16 décembre 2018

Audrey Azoulay se verrait bien à la tête de l’Unesco

Par Marine Vazzoler · lejournaldesarts.fr

Le 17 mars 2017 - 452 mots

PARIS [17.03.17] – L’Unesco a communiqué hier la liste des 9 candidats à sa direction. Parmi les postulants, l’actuelle ministre de la Culture et de la Communication Audrey Azoulay. Le mandat d’Irina Bokova à la tête de l’institution expire en octobre prochain.

Michael Worbs, président du conseil exécutif de l’Unesco, a communiqué le 16 mars le nom des 9 candidats briguant le poste de directeur général de l’Unesco. Ayant postulé à la dernière minute, la ministre de la Culture et de la Communication Audrey Azoulay figure sur la liste. Si sa candidature est retenue, elle prendra la suite d’Irina Bokova, première femme à la tête de l’institution et au poste depuis le 15 novembre 2009. Outre la ministre de la Culture et de la Communication française, figurent sur cette liste quatre candidats issus du monde arabe, dont la diplomate libanaise et enseignante à la Sorbonne Vera El-Khoury Lacoeuilhe.

Arrivée à la direction générale de l’Unesco en 2009, Irina Bokova avait été réélue pour un deuxième mandat en 2013. Diplômée de l’Institut des Relations internationales de Moscou et de l’Université de Harvard, la diplomate est née à Sofia (Bulgarie) en 1952. Elle fut ambassadrice de Bulgarie en France puis déléguée permanente auprès de l’Unesco. Sa formation de diplomate lui a également permis d’accéder au poste de ministre des Affaires Etrangère de Bulgarie par intérim. A l’Unesco, elle s’est engagée pour faire progresser « l’éducation pour tous, l’égalité entre les genres […] et elle est un ambassadeur mondial pour la sécurité des journalistes et la liberté d’expression. » Le successeur d’Irina Bokova à la direction générale de l’Unesco sera désigné lors d’un vote à bulletin secret du Conseil exécutif de l’institution en octobre 2017.

L’actuelle ministre de la Culture et de la Communication a déposé sa candidature à la direction de l’Unesco le 15 mars. Née en 1972, Audrey Azoulay est passée par l’université de Lancaster (Grande-Bretagne) avant de se former en sciences de gestion à l’université Paris-Dauphine puis d’intégrer l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Diplômée de l’ENA (Ecole Nationale d’Administration), elle fut adjointe puis chef du bureau du secteur de l’audiovisuel au ministère de la Culture, magistrate à la Cour des comptes puis conseillère chargée de la culture et de la communication au cabinet de François Hollande. Si elle est élue à la direction générale de l’Unesco en octobre prochain, elle sera la deuxième femme et la deuxième française à ce poste depuis sa création en 1946. René Maheu reste, à ce jour, le seul Français à avoir dirigé l’institution.

Depuis le mandat de René Maheu (1962-1974), quatre directeurs se sont succédés : le sénégalais Amadou-Mahtar M’Bow (1974-1987), l’espagnol Federico Mayor (1987-1999), le japonais Koïchoro Matsuura (1999-2009) et enfin la bulgare Irina Bokva (2009-2017).

Légende photo

Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Comminication, au festival de Cannes en 2016 © Photo Georges Biard - Licence CC BY-SA 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque