The Artling rachète Artshare

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 19 janvier 2017 - 386 mots

SINGAPOUR (SINGAPOUR) [19.01.17] – Le groupe basé à Singapour qui détient The Artling profite d’un investissement de 2,5 millions de dollars d’Edipresse pour acquérir la start-up Artshare, basée à Hong Kong. Les deux sites internet créés en 2013 sont spécialisés dans le marché de l’art contemporain asiatique.

En Asie aussi, le marché des ventes d’œuvres d’art en ligne se consolide. Après la fusion de Paddle8 et Auctionata entre les Etats-Unis et l’Europe ou plus récemment le rachat d’Artlist par artnet, c’est au tour de deux sites asiatiques de se rapprocher. The Artling, plateforme de vente d’art asiatique basée à Singapour, a annoncé l’acquisition d’Artshare, un site de ventes d’art contemporain chinois basé à Hong Kong.

Le groupe The Artling Pte. Ltd., qui détient The Artling (créé en 2013) mais aussi la plateforme Luxglove.com de vente d’objets de luxe (bijoux, montres, vins et spiritueux, voitures de collection…) créée en 2016, a en effet bénéficié d’un investissement de 2,5 millions de dollars d’Edipresse. Le groupe helvétique présidé par Michel Lamunière, qui a délaissé ces dernières années tous ses titres de presse suisse au profit de secteurs plus rentables comme l’immobilier et les « digital ventures », a indiqué vouloir « renforcer sa position dans les médias numériques et le e-commerce en Asie ».

La présidente du groupe singapourien, Talenia Phua Garjardo, a de son côté déclaré que l’apport d’Edipresse consolidait la place de leader de The Artling en Asie et que le rachat d’Artshare « renforcait son rôle de vitrine numérique qui connecte les artistes asiatiques au reste du monde ».

La start-up Artshare, fondée en 2013 par le Français Alexandre Errera, est le symbole d’une intégration réussite en Asie, témoignant de la croissance du marché. Ce diplômé de la London School of Economics and Political Science (2008) a commencé sa carrière chez Morgan Stanley à Londres (2008 – 2011) avant de rejoindre Hong Kong en 2012. Il abandonne alors la banque d’investissement pour le conseil en acquisition d’œuvres d’art, un moyen de se constituer un réseau de collectionneurs chinois avant de lancer Artshare en avril 2013. « Plus que jamais, il semble parfaitement sensé de consolider et d’unifier les plateformes de ventes en Asie » a-t-il déclaré au sujet de la fusion acquisition d’Artshare et de The Artling. Il restera conseiller au sein de la nouvelle société.

Légende photo

Page d'accueil du site The Artling © Photo : www.theartling.com

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque