Lundi 17 décembre 2018

Artcurial dément que le sceau impérial mis aux enchères ait été volé à Pékin

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 11 décembre 2012 - 318 mots

PARIS [11.12.12] – La maison de ventes Artcurial dément des informations du journal chinois Global Times, selon lesquelles un sceau impérial qu’elle proposera aux enchères le 17 décembre 2012 à Paris, proviendrait du pillage en 1860 de l’ancien Palais d’été de Pékin.

Malgré l’appel au boycotte de quelques particuliers, un sceau impérial – soit un « Rare cachet impérial en jade vert épinard sculpté, dynastie Qing, époque Qialong (1736-1759) », estimé entre 150 000 et 200 000 euros, tel que précisé dans le catalogue Art d’Asie de Artcurial – sera proposé aux enchères le 17 décembre 2012 à Paris.

D’après le journal chinois Global Times daté du vendredi 7 décembre, le sceau aurait été emporté en 1860, au moment de la mise à sac par le corps expéditionnaire britannique de l’ancien Palais d’été de Pékin. Des informations démenties par Artcurial. « Cet objet ne provient pas du Palais d’été », a défendu son directeur de la communication, Emmanuel Bérard, avant d’ajouter : « Nous n’avons fait l’objet d’aucun contact officiel de la part des autorités chinoises à propos de ce lot. » La maison de ventes assure par ailleurs, que le sceau serait resté par descendance dans la même collection particulière française depuis la fin du XIXe siècle.

Les revendications chinoises lors de ventes aux enchères comprenant des lots supposés avoir été volés lors du pillage du Palais d’été se sont multipliées ces dernières années. Les autorités chinoises estiment à plus d’un million le nombre de pièces volées lors de la destruction du site en 1860, ordonnée par le haut commissaire britannique Lord Elgin, durant la seconde guerre de l’opium.

Si cette réclamation se solde par un échec, Pékin est en revanche déjà parvenu à ses fins. Dernier exemple en date : le retrait le 5 novembre dernier d’une vente aux enchères orchestrée par la maison Bonhams à Londres, de deux objets d’art chinois dérobés au Palais Yuanminguyan.

Légende photo

Rare cachet impérial, Dynastie Qing, Epoque Qianlong (1736-1795), Chine - Jade - 2 x 4,5 x 3 cm - Estimation 150/200.000 € - Vente du 17 décembre 2012 chez Artcurial Paris - Photo http://www.artcurial.com

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque